" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Sommet de Copenhague : la police a interpellé 600 à 700 manifestants
Article mis en ligne le 12 décembre 2009
Imprimer

Sommet de Copenhague : la police a interpellé 600 à 700 manifestants

AFP, 12.12.2009, 21h31

La police danoise a interpellé plusieurs centaines de personnes, à Copenhague, en marge de la première grande manifestation organisée à l’occasion de la conférence sur le climat.

Les incidents ont éclaté moins d’une demi-heure après le départ du cortège, alors que celui-ci avait parcouru quelques centaines de mètres. Sur la toile Notre dossier spécialUn groupe d’environ 300 personnes, cagoulés et entièrement vêtus de noir, infiltré en queue de manifestation, a commencé à briser des vitrines. Les casseurs, munis de briques et de marteaux, ont également lancé des canettes de gaz.

Des fourgons de police ont été brièvement entouré par le groupe. Une cinquantaine de policiers anti-émeutes les ont finalement encerclés et sont intervenus sans ménagement, jetant plusieurs d’entre eux à terre. Les autres casseurs se sont dispersés par petits groupes de cinq à six pour réintégrer le cortège, d’où ils émergent ponctuellement pour briser une vitrine.

De 600 à 700 arrestations

Les policiers ont interpellé au total 600 à 700 personnes, lors de leurs différentes interventions, après avoir annoncé dans un premier temps 400 arrestations. La plupart sont des membres « des Blacks Blocs », ces groupuscules ultra-violents qui s’étaient illustrés en avril lors du sommet de l’OTAN à Strasbourg. Un policier a été blessé à la mâchoire par un pavé, près du squat géant de Christiana, à environ 500 mètres du lieu des incidents, et quatre voitures de particuliers ont été incendiées.

Vendredi, déjà, 75 militants avaient été interpellés et six d’entre eux inculpés de vandalisme. Selon les ONG, les Black blocs ont annoncé leur intention de conduire, la semaine prochaine, des actions contre le Bella Center, au moment où les ministres seront réunis pour préparer l’arrivée des chefs d’Etat.

« De 30.000 à 100.000 manifestants »

Avec cette manifestation, alors que les ministres arrivaient à Copenhague ce samedi, les ONG environnementales et altermondialistes entendaient mettre la pression sur le Sommet de l’ONU sur le climat, qui doit aboutir à un accord d’ici la fin de la semaine prochaine pour limiter le réchauffement climatique .

Selon la police danoise, 30.000 manifestants se sont rassemblés pour ce premier mouvement d’ampleur en marge des négociations climatiques. La chaîne de télévision danoise TV2 News parlait même de « 30.000 à 100.000 manifestants ».

Nombre de manifestants réclamaient un accord juste et équitable pour les plus pauvres et les plus vulnérables. « Chaque année, 300.000 personnes meurent à cause du changement climatique. Ce n’est pas une question d’adaptation mais de survie », a déclaré le directeur de Greenpeace International, Kumi Naidu. A l’intérieur du Bella Center, des dizaines de délégués suivent la manifestation sur des téléviseurs installés dans les couloirs de la conférence.

50.000 manifestants en Australie

D’autres, plus radicaux comme la coalition Climate Justice Action, demandent la remise en cause pure et simple du capitalisme qui serait la source, selon eux, des atteintes à la planète et des changements climatiques.

A l’autre bout de la planète, en Australie, près de 50.000 personnes, selon les organisateurs, sont descendus dans les rues de Melbourne, Canberra, Sydney et d’autres villes du pays pour obtenir un accord contraignant à la conférence sur le climat.

Vendredi, après une semaine de négociations sous l’égide de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques, un premier texte officiel a été présenté par l’ONU. Ce « brouillon » qui prévoit de limiter la hausse des températures moyennes de la planète à 1,5 ou 2° C servira de base aux négociations aux ministres et aux chefs d’Etat la semaine prochaine.