" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Baltimore (Etats-Unis) : émeute et pillages après un énième assassinat policier
Article mis en ligne le 26 avril 2015
Imprimer

Heurts en marge d’une manifestation à Baltimore après la mort d’un jeune Noir

Le Monde | 26.04.2015 à 11h14

Plus d’un millier de personnes ont de nouveau manifesté, samedi 25 avril à Baltimore, dans l’est des Etats-Unis, pour marquer leur colère et leur frustration après la mort d’un homme Noir, décédé après avoir été arrêté par la police.

Freddie Gray, 25 ans, est mort des suites d’une fracture des vertèbres cervicales une semaine après avoir été interpellé sans ménagement et placé en garde à vue pour possession d’un couteau. Des vidéos de l’arrestation, filmée par plusieurs passants, montrent le jeune homme plaqué au sol par deux policiers et en présence d’un troisième. On le voit grimacer de douleur avant qu’il ne soit traîné dans un fourgon à proximité. Des marches ont lieu tous les jours depuis sa mort, dimanche 19 avril.

Affrontements

Samedi, après un début dans le calme, le plus grand rassemblement jusqu’ici organisé a tourné à l’affrontement entre policiers et manifestants dans le centre de la ville. Le Baltimore Sun rapporte que des manifestants ont brisé les vitres de voitures de police et bloqué des intersections criant « Assassins ! » aux forces de l’ordre en tenues anti-émeute. Des manifestants ont été vus en train de piller une supérette et de casser des vitrines.

« Les manifestants sont désormais en train de casser des fenêtres et de nous lancer des objets », a indiqué la police de Baltimoore. « Nous demandons à tout le monde de garder son calme ». Douze personnes ont été arrêtées, a annoncé à des journalistes le commissaire de police Anthony Batts.

Fredericka Gray, sœur jumelle de Freddie Gray, a lancé un appel au calme. « Ma famille veut vous dire : s’il vous plaît, s’il vous plaît, arrêtez la violence. Freddie ne voudrait pas ça ». Elle parlait aux côtés de la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, qui s’est dite « profondément déçue » par les violences, dont elle a accusé « un petit groupe d’agitateurs ».

45 minutes à éclaircir

Plusieurs enquêtes ont été lancées pour faire la lumière sur le drame, dont une fédérale menée par le ministère de la Justice. Les enquêteurs tentent de reconstituer les 45 minutes qui séparent son interpellation de l’appel d’une ambulance depuis le commissariat de police où il était en garde à vue.

Vendredi, la police de Baltimore a reconnu que Freddie Gray aurait dû recevoir une assistance médicale aussitôt après son arrestation et non près d’une heure après. Selon l’avocat de sa famille, sa moelle épinière était sectionnée à 80 % au niveau du cou, selon l’avocat de sa famille.Six policiers ont été suspendus avec salaire après la mort du jeune homme.


Baltimore : des policiers suspendus après la mort d’un jeune noir

Le Parisien, 21 Avril 2015, 07h44

Plusieurs policiers de Baltimore (Etats-Unis) ont été suspendus lundi au lendemain de la mort d’un jeune noir, grièvement blessé à la colonne vertébrale lors de son arrestation.

Au moins six policiers ont été suspendus à Baltimore (Maryland, à l’est des Etats-Unis), lundi, au lendemain de la mort d’un jeune noir, grièvement blessé à la colonne vertébrale lors de son arrestation. La police a elle-même annoncé les suspensions, tout en promettant une enquête approfondie et indépendante à la famille de la victime d’ici vendredi.

Freddie Gray, 25 ans, est mort des suites d’une fracture des vertèbres cervicales après avoir été arrêté le 12 avril et inculpé pour possession d’un couteau, ont indiqué les autorités locales. « C’est au cours de son arrestation, alors qu’il n’avait commis aucun crime, en tout cas aucun qui justifie une arrestation, sauf le fait que c’était un Noir et qu’il courait, que sa colonne vertébrale a été sectionnée, sectionnée à 80%, dans la région du cou », a déclaré lors d’une conférence de presse William Murphy Jr, un avocat de la famille de Gray, cité par le « Baltimore Sun ».

« Il a souffert d’une blessure vraiment terrible des vertèbres cervicales, qui a causé sa mort. Ce qu’on ne sait pas, et que l’on doit comprendre, c’est comment cette blessure s’est produite », a indiqué de son côté le commissaire de police adjoint Jerry Rodriguez. Sur une vidéo de l’arrestation, on voit des policiers maintenir Freddie Gray contre le trottoir avant de l’embarquer dans un fourgon pendant qu’il hurle de douleur. Selon Jerry Rodriguez, il aurait demandé un inhalateur et serait devenu « furieux ».

Cette affaire survient dans un contexte de tensions raciales ravivées par plusieurs bavures policières qui ont provoqué des dizaines de manifestations aux Etats-Unis, virant parfois à l’émeute. Début avril, un policier blanc, Michael Slager, a été inculpé pour le meurtre de Walter Scott, 50 ans, qui a été abattu de cinq balles dans le dos à North Charleston, en Caroline du Sud, un drame qui a été filmé par un passant.