" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes (Grèce) : le ministre des Finances ne dîne pas en paix
Article mis en ligne le 30 avril 2015
Imprimer

Varoufakis violemment pris à partie par des anarchistes en colère

Le Soir, 29 avril 2015, 12h28

La scène s’est déroulée dans un restaurant à Athènes. L’épouse du ministre grec l’a protégé de jets d’objets en verre.

Ce mardi dans un restaurant d’Athènes, des militants anarchistes s’en sont pris à Yanis Varoufakis, ministre des Finances grec. Alors qu’il venait de terminer de dîner en compagnie de son épouse et des amis, les militants l’ont interpellé en lui intimant de « quitter leur secteur ».

Les anarchistes faisant référence au fait que le couple avait mangé au coeur du quartier d’Exarchia, historiquement fréquenté par l’extrême-gauche.

Dans un communiqué, Varoufakis détaille l’altercation : «  Ils m’ont visé pendant quelques secondes sans l’atteindre elle », dit le ministre pour évoquer l’intervention de sa femme qui l’a protégé de jets d’objets en verre. « J’ai entamé un dialogue avec eux, disant que je voulais entendre ce qu’ils avaient à dire, au risque d’être touché. Après 15 minutes de discussion tendue mais non violente, les esprits se sont calmés ».