EXPO UNIVERSELLE À HANOVRE :
LE CAPITALISME ORGANISE SA GRAND’MESSE

A Hanovre, au centre de l’ex-Allemagne de l’Ouest est prévue, pendant 5 mois, du 1er juin à la fin octobre 2000, l’exposition universelle qui regroupe 170 pays du monde entier et qui est organisée tous les 4 ans dans un pays différent. Cela n’a évidemment rien «d’universel» puisque ce sont les grandes puissances capitalistes qui se servent de cette grande messe du capitalisme pour faire croire que le développement économique et technologique est l’oeuvre du monde entier... et doit profiter à tous. D’où les thèmes clés de cette expo, qui sont «l’homme, la nature, la technique». Le but de toute cette histoire est de permettre aux Etats du Nord et à leurs collaborateurs habituels (grands groupes internationaux, syndicats, ONG...) de faire croire au monde entier que le capitalisme est le seul système viable pour l’homme (éventuellement pour la femme), qu’il est le plus efficace mais aussi le plus capable d’être respectueux des humains et de la nature... sous couvert de la foutaise à la mode du «développement durable».
En attendant, des groupes radicaux allemands et d’autres pays se sont lancés dans un ensemble d’initiatives pour contrer cette grand’messe du capital et de son monde. La présentation qu’ils font de l’expo semble intéressante parce qu’elle ne se limite pas à une critique superficielle : ils dénoncent la supercherie de ce soi disant «monde meilleur pour tous», mais aussi la participation de groupes «alternatifs», d’ONG et de syndicats. Ils revendiquent par là-même non un aménagement du système, mais un changement politique et social radical qui le mettrait à bas. Voici quelques infos à partir d’une discussion avec une copine allemande.


- CS : Quelle est exactement cette expo ?... parce qu’on n’en a pas entendu parler ici.
- C’est une exposition universelle comme ils disent, qui commencera le 1er juin prochain et se terminera le 31 octobre, donc elle va durer pendant 5 mois ! Cela se passe à Hanovre, au centre de l’Allemagne. La dernière grande expo de ce genre s’était déroulée à Séville, en Espagne il y a 4 ans. En fait, il y a des petites expo tous les 2 ans et une grande tous les 4 ans. En plus, c’est une expo spéciale cette fois-ci car c’est celle de l’an 2000... tout un symbole !

- B. : Quel est le thème central de l’expo ?
- Officiellement, c’est «l’homme, la nature, la technique»... mais en fait, quand tu regardes bien le programme, l’homme n’a pas grand chose à dire dans l’histoire... Quant à la nature, elle doit être utilisée pour la technique. En fait, c’est une présentation internationale des nouvelles technologies. C’est un grand Wall Dysney de l’avenir de l’homme...financé par les Etats et au service des entreprises, surtout des grandes.

- Ca a dû coûter un max de fric à la ville d’Hanovre tout ça !
- Oui, mais en fait c’est l’Etat allemand et tous les autres länder (régions) qui financent le plus, Hanovre n’aurait pas eu les moyens. Mais toute l’expo n’est pas à Hanovre, seulement 1/3 des événements vont s’y passer, le reste est décentralisé dans toute l’Allemagne... notamment à Nüremberg, là où j’habite !! Ils espèrent à peu près 20 millions de visiteurs sur les 5 mois. 200 gouvernements et grands entreprises participent à l’organisation de ce bordel. C’est la première fois que cela se passe en Allemagne. Evidemment, cela sert à l’Allemagne pour montrer qu’elle a changé, que le fascisme c’est du passé... En plus, cela a lieu exactement 10 ans après la chute du Mur, encore un symbole... pour en remettre une couche sur «la chute finale du socialisme» et le fait que le capitalisme « a gagné la bataille».

- Une sorte de «fin de l’histoire» en somme, à la gloire du capitalisme et de l’économie de marché.
- Ils annoncent que cette expo est faite pour produire de la confiance en la compétence du capitalisme à résoudre les problèmes de l’avenir. Les «matrices» de base de leur logique, c’est bien sûr l’économie de marché, le génie génétique, les technologies de l’information et de la communication et le contrôle de la démographie et des naissances dans les pays du Tiers Monde. Les expos universelles sont les messes du capitalisme puisqu’ils affirment qu’il n’existe pas d’alternative à ce système. Il y a aussi un «parc à thèmes» prévu, avec onze sujets différents (la santé, l’énergie, la mobilité, le savoir, le travail...) et, pour cela, ils ont invité - ou plutôt «acheté» la caution - des groupes dits «alternatifs» et des ONG.

- D’ailleurs, les organisateurs de la contre-expo se positionnent clairement contre tout ça.
- Oui, d’autant plus que parmi les groupes qui participent officiellement à l’expo, il y a des écolos, des féministes, Amnesty International... et bien sûr, la fédération de tous les syndicats allemands, qui elle fait même partie des organisateurs de l’expo ! Le dirigeant d’IG Metall, le plus gros syndicat allemand (métallurgie) fait partie du groupe d’observation de l’expo... parmi des dirigeants de grosses boites, du genre Mercedes Benz, Volkswagen... et des politiciens aussi. Celle qui gère toute cette histoire, c’est une femme très connue en Allemagne, puisque c’est elle qui a dirigé les privatisations en Allemagne de l’Est, Brigitt Breuel. L’ONU et la Commission Européenne seront évidemment représentées.
Tout ça se déroulera dans le Sud-Est de Hanovre et ils ont fait des travaux gigantesques, construit une voie ferrée supplémentaire, des bureaux, un aquarium géant, un multiplex (ciné),... la totale ! Et au centre.. devine... le pavillon allemand ! Du coup, récemment, les Etats-Unis ont déclaré qu’ils ne voulaient pas participer parce qu’ils n’ont pas la place d’honneur... Pour contrôler tout ça, au moins 7 000 flics sont prévus... tout cela chapeauté par une structure privée et financée par les imp^ôts... en sachant qu’ils ont déjà prévu que cela serait déficitaire et que ce serait l’Etat qui allongerait la somme.

- Comment s’organise la résistance à cette expo en Allemagne ?
- Les renseignements généraux ont déclaré dans les journaux que la «scène radicale» se focalise sur l’expo. Donc ils doivent se préparer à une réaction vigoureuse. Ceux et celles qui organisent la résistance semblent faire de cette contre-expo un prolongement de ce qui s’est déjà passé à Londres, à la City (18 juin 1999) et à Seattle. L’idée qui est reprise aussi, c’est qu’il n’y a pas d’organisation centrale de la résistance, mais que chaque groupe - et donc tout individu - fait son propre truc, selon sa façon de faire, mais dans une logique globale et internationale. C’est en tout cas ce que j’ai compris.

- Quand commencent les festivités ?
- Il y a une grande manif organisée le 27 mai, puis les actions commencent le premier jour d’ouverture, le 1er juin. Il n’y aura pas n’importe qui à l’expo puisque ce jour, le prix d’entrée sera double... L’idée qui guide les actions est que l’expo ne doit pas avoir lieu : bloquer l’organisation, faire la fête dans les rues...

- Qui est sensé participer à ces actions ?
- Pas des groupes nationalement connus en tout cas. Ca veut dire que ce sont des réseaux de collectifs et d’individus divers de la scène de l’extrême-gauche allemande. Il y a évidemment des autonomes et antifa, des écolos (les plus radicaux en tout cas), des féministes,... Les antifa ne savent pas encore ce qu’ils vont faire, ils sont encore en train de discuter. A Nüremberg, quand nous avons fait un débat là-dessus, il y avait pas mal de gens motivés. En dehors des actions prévues (cf ci-dessous), le premier rendez-vous, c’est la manif du 1er mai à Berlin. A Hanovre, il y aura des camps organisés pour permettre aux gens qui viennent de dormir. Il y aura aussi pas mal de débats.
Des groupes d’autres pays seront présents normalement, mais pour le moment, ça n’a pas l’air très développé, sauf avec les Espagnols, puisque c’est en Espagne qu’avait été organisée l’expo précédente. Il est aussi prévu de réagir lors de la conférence du FMI à Prague qui se produit pendant l’expo (en septembre). Il y a donc des contacts avec les Tchèques, mais c’est un peu le bordel à Prague. Les gens d’Hanovre ont aussi réalisé un papier où ils indiquent toutes les entreprises qui seront présentes à l’expo et leurs sièges qui se trouvent dans la ville même... Hanovre, c’est aussi l’endroit où les punks anarchistes se réunissent une fois l’an (entre le 6 et le 8 août) et foutent un peu le bordel. Ca risque d’être mouvementé...

N.B. : Les encadrés sont des extraits du texte d’appel général à l’anti-expo.

Encadrés :

«Nous pouvons essayer également d’utiliser l’Expo 2000 comme une occasion d’exprimer nos idées sur le monde que nous souhaitons en luttant pour un changement politique et social radical. Et ce d’autant plus que beaucoup de gens semblent avoir accepté l’horizon capitaliste comme étant le seul possible.»

«Les organisateurs de l’Expo 2000 ont aussi invité des ONG dans le but de donner l’impression que des voix critiques ont été entendues. Bien sûr, dans la mesure où ces voix sont critiques dans un sens «constructif» (favorable au système) et acceptent les règles de base de ceux qui détiennent le pouvoir économique. (...) Nous voulons prendre une position claire contre toute forme d’intégration qui ne signifie rien d’autre qu’un maintien de l’exploitation et de l’oppression.»

Tous sur le même bateau qu’ils disent...
«Le concept de «développement soutenable», qui a été adopté par l’Expo, fait complètement l’impasse sur les questions du pouvoir, de la domination entre les hommes et les femmes, les rapports capital / travail, mais aussi Nord / Sud. Ils construisent une vision d’un monde dénué d’intérêts antagonistes et de conflits. Leur message est plutôt bien décrit par une expression allemande qui dit «Nous sommes tous sur le même bateau» (dans la même galère plutôt !, NDLR). Ils présentent le capitalisme comme le système en charge de sauver le monde et il n’y a bien sûr pour eux aucune autre alternative : «L’éthique de la responsabilité globale» est supposée nous forcer à prendre tous la même direction. Cette logique ne reconnaît absolument pas la violence raciste et patriarcale, l’exploitation capitaliste de l’homme et de la nature comme étant les causes de la pauvreté, des famines, des guerres et de la destruction de l’environnement. Comme seule explication à tous ces problèmes, «l’Expo GmbH» et son idéologie du «développement soutenable» en appelle une fois de plus à la légende de «l’explosion démographique» dans les pays pauvres de l’hémisphère sud. Comme le contrôle des naissances, méthode ouvertement répressive, doit faire face à une résistance de plus en plus grande de la part des femmes, une méthode plus subtile est progressivement propagée, par le biais d’une soi-disant «émancipation» des femmes. On donne à ces dernières l’accès à l’éducation et à l’emploi, pas dans un but d’émancipation réelle, mais parce que l’éducation et l’indépendance financière sont sensées, selon les normes occidentales, réduire le taux de fécondité et le nombre de naissances.»

PROGRAMME
(sélection)

- 27 mai : 10 h, grande manifestation anti-expo à Hanovre, sur le thème : "Hannover begrüßt die EXPO" («Hanovre accueille l’Expo»). Introduction d’une semaine d’actions du 27 mai au 04 juin.
- 1er juin : 10 h : Début des actions contre l’Expo, le jour de l’ouverture.
- 2 et 3 juin : Dans le pavillon de Hanovre : discussion sur une perspective de lutte internationale.
- 3 juin : Action «Reclaim the street».
- 3 et 4 juin : diverses actions dans la ville.
- Eté : camp anar, lieu pas encore fixé (info : ‘a-camp@gmx.de’).
- 1er juillet, 10h : Université d’été interculturelle pour les femmes et lesbiennes (du 1er au 30 juillet) Contacts : Bego c/o AstA Uni Hannover, Welfengarten 2C, 30167 Hannover.
- 19 juillet, 10h : journée d’action sur les réfugiés, sans-papiers et contre le racisme. Contacts : AK Konkrete Unterstützung 0441/14402 oder Initiative für offene Grenzen 0441/248175.
- 3 octobre, 10h : Hanovre et Dresde : journée «anti-nationale» en réaction à la fête du jour de la réunification.
Pour plus d’infos...
- Anti-EXPO-AG : c/o AStA Uni Hannover Welfengarten 2c 30167 Hannover ; T.: (0049 511) 762 50 61 ; F.: 71 74 41
- Contacts internationaux pour l’Anti-Expo (Adresse postale) : AntiExpo2000 c/o Infoladen München, Breisacherstr. 12, 81667 München ; T. : (0049 089)448 96 38 ; F. : (0049 089) 480 20 06.
- Site internet : www.expo-no.de (mail : anti-expo@gmx/de)

[Textes extraits de Cette Semaine n°80, mai/juin 2000, pp. 22-23]