1er mai à Montréal : brève rencontre avec les bourgeois

Depuis le début de l’année 2000, plusieurs manifestations à Montréal se sont soldées à la fois par des affrontements avec les flics et des arrestations en masse. Lors des actions contre le Sommet de la Jeunesse organisé du 22 au 24 février par le gouvernement comme lors de la journée contre les violences policières le 15 mars ou l’action anarchaféministe du 7 mars, la police anti-émeute intervient systématiquement en bouclant des quartiers entiers, prenant prétexte que quelques vitrines s’effondrent à l’occasion. Le 15 mars, ce fut d’ailleurs le tour de plusieurs Mc Do, d’un poste de police, d’une vingtaine de voitures de flics et de deux banques. Elle a aussi pris depuis quelques années l’habitude de tabasser salement ceux qui tombent entre ses pattes. Le dernier exemple d’assassinat remonte au 5 septembre 99, jour où Jean-Pierre Lizotte, sans abri, sera battu à mort par la police urbaine de Montréal. Mais on assiste aussi logiquement au Québec à une radicalisation de la jeunesse, ce qui se traduit notamment par l’apparition de nombreux groupes anarchistes (Emile Henry, La Main Noire, Le Poing d’exclamation, Frayhayt). Pour le premier mai, c’est le COBP - citoyen-ne-s opposé-e-s à la brutalité policière -, composé d’anars et de précaires qui, plutôt que de se joindre aux défilés plan-plan des syndicats, avait décidé d’aller faire un tour du côté des bourgeois. Récit d’une copine montréalaise.

200 personnes se regroupent lors du premier mai 2000 à montréal pour dénoncer les riches. la manif se tient dans le quartier de westmount, dans la montagne qui abrite toutes ces personnes riches et fameuses, d'origine anglophone pour la très grosse majorité. c'est la bourgeoisie anglophone bien entendu dont il s'agit. 

pour accéder au quartier et y être bien dedans, on a dû prendre quatre autobus et aller jusqu'en haut de la montagne. malheur... les rues sont remplies de courbes (aucune visibilité des manoeuvres policières... il va falloir apprendre à combattre dans les montagnes!) et une fois en haut, le métro est très loin en bas. il n'y a que forêt, pentes, propriétés privés et plus de flics que d'arbres. les flics nous avaient dépassé pour arriver avant nous en haut de la montagne et il y avait le même ratio en arrière, en plus des flics en moto, il ne manquait que les chevaux. une vrai souricière nous attendait. 

pas de fromage. pas de snak. juste des matraques. aucune possibilité ni de marcher ni de s'en tirer. quand les autobus nous ont largué sur le sommet, on n'a jamais réussi à prendre la rue. très vite, on a pris des marches qui nous amenaient dans un sentier vers le bas... qui y était ? le gros méchant loup... plutôt à une rue plus bas encore. donc, on a réussi à marcher environ cinq minutes et toute de suite après ce fut le moment des arrestations. moi et quelques copines marchions trop en avant de la manif et pendant que les flics sortaient de leurs autos, ils n'avaient pas le temps de nous arrêter, question de 30 secondes.

on était en plein coeur des lignes de flics qui se formaient, on s'est écarté et les lignes ont foncé directement sur la manifestation. toutes et tous ont été arrêtés. une copine s'est rendue à l'hôpital et comme elle avait trop de blessures, les flics ont décidé de retirer les charges contre elle. d'autres se sont fait coincer sur une propriété privé et d'autres encore ont subit d'autres blessures. en ce moment, la plupart des gens sont sortis mais alexandre popovic et jaggi s. se trouvent encore en cellule pour bris de condition pour d'autres actions du passé. le bordel, quoi ?

il n'y avait presque pas de doute que la police n'aurait jamais toléré une manif anar chez les bourges, d'autant plus que la casse lors de la manif du cobp avait montré la capacité des gens à s'attaquer à la propriété privé. anar à cagoules ou foulards... et autres libertaires ou ami-e-s.  le topo est plutôt négatif. les maisons de westmount n'ont aucune protection extérieure, même pas de chien méchant. les jardins sont beaux, dont le gazon est le plus vert qu'ailleurs, et les entrées sont très invitantes, style anglais avec des petites marches et tout et tout, bon chic bon genre. la seule chose qui pouvait conserver les lieux en bon état était une arrestation massive. d'ailleurs, les forces de l'ordre se sont empressées pour nommer leur intervention comme «préventive».

droit de manif bafoué sur des présomptions... les présomptions ne sont pas irréalistes. on allait, si possible, se payer la traite. en termes juridiques, il y en a qui disent qu'on était accusé de vouloir faire des méfaits avant même d'en avoir des exemples, et que cela... était anti-démocratique. on le sait, c'est ainsi que la société capitaliste s'est bâtie... de leur démocratie bourgeoise. ce qui est poche, c'est 5 minutes de marche et d'environ 180 arrestations. je n'ai pas le chiffre exact. il suffit d'une arrestation de toute façon pour être déjà en colère.

des copines et autres sont d'accord pour dire qu'on aurait dû réfléchir avant de sortir des autobus, étant donné la quantité incroyable d'autos de police et de quel genre de manif ça risquait d'être... l'auto-critique est à venir sans oublier que la répression sera tout le temps présente également et que sur ce point, on a très peu de contrôle.

et voilà pour la petite histoire. dans l'autobus je chantais, (allons-y dans le bois, voir si le loup n'y est pas. si le loup y était il nous mangerait, si le loup n'y est pas, il ne nous mangera pas). comme vous pouvez voir, le loup y était.

les charges seront probablement d'attroupement illégal, de méfaits, d'attaques sur la police, etc.

A., le 5/5/00

****************************

Extrait du récit du COBP

(...) Le premier mai se solde donc par une nouvelle arrestation de masse, 157 militantEs, les 3/4 des manifestants. Elles et ils sont accusées de méfaits et attroupement illégal. Les arrestations ont été très brutales, on entendait des cris au loin. De plus certaines des personnes qui ont pris la fuite se sont blessées. Au moins une militante est actuellement hospitalisée avec une jambe cassée, en état d'arrestation. D'autres militants en voiture qui suivaient de loin ont eu droit à une identification et à une fouille du véhicule.

Cette répression s'inscrit dans la récente vague de criminalisation systématique de tout mouvement contestataire : en septembre 1999, 270 étudiants d'une école secondaire sont arrêtés, pour de vagues raisons de trafique de pot ; le 24 novembre environ 70 personnes sont arrêtées lors d'une manifestation contre la publicité privée dans les université ; le 15 mars pour la journée internationale contre la brutalité policière, 112 manifestants ont été arrêtés.

Il est évident que le droit à la liberté d'expression et donc le droit de manifester est totalement bafoué par la soi-disant démocratie, qui tremble de savoir que les gens peuvent s'organiser sur des bases autonomes et qui écrase tout mouvement contestataire impunément.

Ces arrestations démontrent la faiblesse du pouvoir et augmente la rage des révoltéEs !

NOUS SOMMES PLUS QU'EUX !

CitoyenNEs OpposéEs à la Brutalité Policière (COBP)

a/s Librairie Alternative - 2035 St-Laurent 2ième étage - Montréal - Québec - Canada - H2X 2T3
e-mail : cobp@hotmail.com ou cobp@tao.ca