Seine StDenis style

Plusieurs précisions sur la situation dans ce département-banlieue de Paris :

— Le texte ci-contre n’a pas été rédigé par les protagonistes puisqu’ils étaient à Fleury en préventive. Le récit a été écrit par des proches avec l’aide du compagnon hospitalisé (le “nous” du texte est donc abusif). Le verdict du procès a été de un mois ferme pour quatre d’entre eux et de trois mois pour le dernier... Ils sont donc à présent tous et toutes sortiEs. Quant au copain qui a notamment eu la jambe brisée, il est sorti de rééducation en juin...

— Le déchaînement de violence contre ces compagnons n’est à notre avis pas le fruit du hasard ou d’éléments conjoncturels mais bien de la guerre larvée qui se déroulait sur la circonscription policière de Bagnolet/Les Lilas (le Pré St Gervais est la troisième commune “couverte”) entre les squatters et les keufs depuis deux ans. Pour mémoire, on peut rappeler le saccage du squat Socrate en novembre dernier dont la commissaire adjointe — Caroline Mouchaud — sortit ridiculisée devant “ses” hommes. La même s’est d’ailleurs fièrement pointée au procès. Mais ce ne fut qu’un incident parmi d’autres, entre tags intempestifs, ouvertures de squats (au moins une dizaine en tout), voitures abîmées ou vols en supermarché. La veille du tabassage en règle, les BAC étaient par exemple intervenus sur appel d’un voisin pour un coup de feu tiré ! Un des squats où habitait une des cinq personnes avait déjà subi deux perquisitions dans deux histoires différentes. Et par dessus le marché, bon nombre de squatters du coin sont des immigrés...

— Depuis cette date, le squat du 40 rue Danton (Pré St Gervais) a été expulsé en avril 2002, celui de l’avenue Pasteur à Bagnolet (“Abracadabra”) l’a été le 3 juillet dernier.


Publié dans "Cette Semaine" #85, août/septembre 2002, p.15