St Denis, 13-18 novembre 2003
Un Forum social européen exemplaire


A force de ramer derrière un mouvement altermondialisation quelconque, on finit par se faire ramasser. Le dispositif était parfait et, décidément, c’est bien au quotidien ou à partir de nos propres bases qu’il s’agit de lutter, et non pas en courant à la recherche de “la masse” au cul des initiatives des para-institutionnels. Quant à la rencontre d’autres individus, c’est plus au sein de la conflictualité sociale qu’elle pourra se produire que lors de colloques subventionnés de spécialistes de l’enterrement des luttes.

Tout s’est donc passé sans anicroche. Les tchatcheurs ont débattu dans des salles prêtées par les pouvoirs publics, ont visionné des films mettant les luttes en scène, la base a écouté les beaux discours (1), et tous ont manifesté ensemble avec les partis gouvernementaux de gauche pour clore ce week-end épuisant.

Quant aux libertaires et autres anarchistes organisés, ils offraient un forum libertaire parallèle au forum social, sur le modèle de la visibilité alternative déjà testée lors du sommet d’Evian en juin 2003, qui s’est surtout réduit à un salon où on pouvait consommer à loisir du livre labellisé “anarchiste” (du Lola Lafon de chez Flammarion aux bourdieusiens de chez Agone).

Au cours de la manifestation du samedi, le cortège libertaire bouclait la promenade juste derrière celui du Parti socialiste. Les perturbateurs qui se sont retrouvés coincés entre les deux pour harceler le PS avec des œufs et des canettes se sont fait à la fois matraquer par les vigiles socialistes et ceux des anarco-syndicalistes de la CNT, ces derniers s’appropriant la “garde” de l’ensemble du cortège rouge et noir au nom d’un quelconque mandat interne à leur seule organisation. On connaissait déjà leurs vertus de garde-chiourmes, par exemple lors d’une action anti-FN commanditée par une mairie PC où ils sont venus faire les gros-bras ou à l’entrée de salles de concert où ils font d’excellents videurs, en passant par leur volonté d’empêcher de petits groupes de bomber les murs et de faire quelque dégât au cours de manifs. Qu’ils fassent donc le SO du PS n’avait rien de bien étonnant. Chacun a donc joué son rôle ...dans le meilleur des mondes libertaire.

1. On notera tout de même un débat avec un communiste autrichien perturbé par des squatteurs. Autre incident, l’électricité sabotée avant l’intervention de Casarini et l’annulation d’un débat organisé par le PS à la Cité des Sciences suite à une frite à l’entrée.