Brèves du désordre


2003

8 mai, Casciana Terme (Pise). Incendie d’un relais de téléphones portables Wind.

14 juin, Dorgali (Nuoro). Incendie volontaire contre un relais Omnitel. L’installation est hors d’usage, ses câbles ayant été bien endommagés.

17 août, Sissa (Parme). Des inconnus lancent au cours de la nuit plusieurs bouteilles incendiaires contre des panneaux de commande de l’entreprise qui régule les lignes informatisées de semis de maïs pour le compte de Pioneer Hi-Bred Italia. Sur les parois d’un silo, on retrouve l’inscription : “Pioneer empoisonne les semences. Feu aux OGM”.

19 août, Rovereto (TN). Incendie vers 23h de cinq motos des carabiniers stationnées dans une cour de l’atelier de réparation Trinco rue Halbherr.

21 août, Cecina (LI).Une vingtaine d’inconnus à visages couverts font irruption au siège du quotidien Il Tirreno : tags contre la presse et l’entreprise Solvay.

24 août, Assemini (CA). Une bombe endommage la nuit le siège d’Alleanza Nazionale.

25 août, Cagliari. Incendie dans la nuit de la permanence d’Azione Giovani dans la rue San Gregorio.

1 septembre, Rovereto (TN). Les câbles d’un relais de téléphone Omnitel brûlent vers 22h à Mossano, entre Isera et Mori. Le quotidien l’Adige reçoit une lettre de revendication : “Sabotons les répétiteurs, l’OMC est aussi ici. Pas de pollution, pas de contrôle par satellite”. [Ndlr : un sommet européen préparatoire à la conférence de l’OMC à Cancun (Mexique) se tenait non loin de là du 4 au 6 septembre].

7 septembre, Trieste. Incendie volontaire dans la nuit des câbles d’une antenne de téléphone portable dans le quartier de Servola, particulièrement infesté par ces appareils. Il y avait eu quelques manifestations de protestation contre eux au cours des derniers mois.

17 septembre, Ponteginori (PI). Juste après minuit, l’incendie d’une cabine électrique qui alimente quatre bassins destinés à l’extraction du salgemma (?) de la mine de l’entreprise Solvay Italia, enclenche l’alarme qui bloque les machines. Trois bidons d’essence munis d’amorces sont retrouvés sur place, ainsi qu’un écrit : “Sabotons Solvay”.

30 septembre, Pise. Le portail de la maison d’un élu d’Alleanza Nazionale brûle dans la nuit.

2 octobre, Rovereto (TN). Incendie de la salle communale qui aurait dûe accueillir le lendemain un meeting d’Alleanza Nazionale. Un tract sur place précise : “Basta des fascistes, basta de la police”.

4 octobre, Rome. Au cours de la réunion de la Conférence intergouvernementale à propos du projet de Constitution européenne, un groupe de compagnons a détruit les vitrines de quelques commerces du quartier de San Paolo (dont une agence Adecco incendiée).

6 octobre, Oristano. Des inconnus incendient les bureaux du commandement de la police municipale. Des archives papier et informatiques et une partie du décor sont détruits.

9 octobre, Bologne. Incendie volontaire d’un entrepôt de la direction générale de la chaîne Conad, situé dans un immeuble de trois étages à la périphérie de la ville.

10 octobre, Turin. Diverses actions contre les prisons : le magasin Ikea reçoit des fioles nauséabondes, de la poudre urticante et certains meubles exposés sont repeints tandis qu’une banderole précise : “Les meubles d’Ikea sont fabriqués en exploitant des prisonniers”. La façade du B.I.T. qui abrite UNICRIM/Master en criminologie reçoit des œufs de peinture tandis que des banderoles précisent : “Flics européens pour une nouvelle inquisition” et “école de répression”. Enfin, après avoir noircit la caméra de vidéosurveillance, des inconnus bloquent le portail de l’hôpital psychiatrique Villa Cristina et laissent un tag : “Ici sont pratiqués internement d’office et collaboration avec la police et les matons. Non aux lobotomisations, non aux taules psychiatriques. Détruisons les prisons”. Cinq personnes arrêtées passeront 3 jours en prison.

18 octobre, Budduso (SS). Un engin rempli de poudre noire explose devant une caserne de carabiniers, détruisant le portail d’entrée et les vitres des fenêtres.

25 octobre, Gênes. Un supermarché brûle dans le quartier de San Fruttuoso. La veille, des inculpés des affrontements du G8 en 2001 avaient une audience au tribunal.

7 novembre, Rovereto. Les vitrines de cinq agences immobilières sont détruites à coup de pierres.

20 novembre, Bergame. Un transformateur de l’Enel [EDF italienne] explose à Marne à l’aide d’un tube métallique rempli de poudre couplé à des bidons d’essence. Le transformateur alimentait l’usine chimique Bayer. Un tag laissé à côté précise : “Non à la biotechnologie. Bayer, abandonne le marché des OGM”.

25 novembre, Altri (TE). La porte d’entrée du tribunal est incendiée, on trouve à côté sur le mur : “Massimo Leonardi Libero” (voir p.4).

3 décembre, Riva del Garda (TN).Des inconnus endommagent les vêtements à l’intérieur d’un magasin Benetton tandis que deux compagnons passaient en procès à Cles pour des faits identiques commis le 17 décembre 2002. Ils seront condamnés à 200 euros d’amende.

4 décembre, S. Isidoro di Narlo (LE). Le central d’un relais Tim est incendié.

2004

24 janvier, Alessandria. Incendie du siège provincial d’Alleanza Nazionale : porte à moitié détruite, murs noircis.

26 janvier, Forli. Cinq bonbonnes de gas provoquent une déflagration vers 1h du matin qui endommage l’usine Kws, une des plus grande firme au monde spécialisée dans la sélection des plantes, un des principaux laboratoires microbiologiques pour les études microcellulaires, spécialisé dans le traitement des semences, du maïs, des bettes. A Forli se trouve le siège administratif et le Centre de production de Kws Italia Spa.

29 janvier, Pontedera (PI). Molotovs contre le siège d’Azione Giovani.

30 janvier, Pise. Second incendie volontaire en deux ans contre l’agence d’interim Men At Work.

[Toutes ces brèves du désordre sont traduites du site : http://guerrasociale.org/]

[Extrait de "Cette Semaine" n°87, fév./mars 2004, p.14]