Brèves du désordre latinos

Le 19 janvier 2006, une bombe a explosé à Santiago devant les bureaux de l’Agencia Nacional de Inteligencia (ANI), les services secrets chiliens, 115 rue Tenderini.

« Hier la CNI, aujourd’hui l’ANI

Le nom change, pas la substance. Tout comme la dictature militaire, qui s’est reconvertie en une dictature policiaro-capitaliste. L’Etat se perpétue. Il nous fait violence avec son terrorisme quotidien. Ils cherchent à nous convertir en amnésiques et en consommateurs soumis d’ordures marchandes et idéologiques de contrôle social et d’inactivités individuelles. Par cette attaque, nous faisons valoir que l’ «intelligence» de l’Etat est aussi fragile et destructible que ses vitres brisées. Les murs qu’ils construisent et les yeux électroniques qu’ils installent pour nous surveiller et arrêter les personnes qui ne suivent pas les normes de comportement d’un esclave salarié, n’ont pas réussi et ne réussiront jamais à empêcher l’agression de la transgression contre ce système bourgeois criminel, basé sur l’exploitation, la mort et la destruction de l’environnement.

Les élections sont un cirque d’ignorance, elles ne font que perpétuer le système des riches. Nous refusons donc de nous inscrire et de voter. Avec cette action, nous saluons la présidente pseudo-socialiste et son repaire de criminels à gage.

Contre eux. Nous les affrontons. Nous les détruisons.

Notre attaque sera incessante. Et toujours plus violente.

Fuerzas Autonómicas y Destructivas León Czolgosz» (1)

(1) Anarchiste d’origine polonaise qui a abattu le président américain William McKinley en 1901.

Revendication publiée par La Nacion du 20 janvier. Par ailleurs, la police relie cette attaque à celle contre la maison de campagne du maire socialiste Johnny Carrasco à Punta Tralca le 13 janvier 2006 et une autre contre la banque Santander à Santiago le 6 juillet 2005.

*****************************

Buenos Aires : A l’aube du mardi 10 janvier, un engin incendiaire a été découvert devant un local du Blockbuster du quartier de Recoleta, rue Vincente Lopez. Une revendication trouvée dans le coin précisait «Liberté pour Chacho Berrozpe (1). Liberté pour tous les prisonniers de Haedo (2). Vivent les émeutes violentes et généralisées contre le pouvoir de l’argent, les gouvernements et leurs forces répressives. Vive l’agitation révolutionnaire et l’action directe».

(1) Dirigeant du MTR (mouvement des chômeurs) Teresa Rodriguez, incarcéré pour avoir participé aux désordres du 4 novembre 2005 à Mar del Plata contre le sommet des Amériques.

(2) Le 1er novembre 2005, de nombreux passagers se révoltent contre l’habituelle merde des transports dans la gare de Haedo, province de Buenos Aires. Des trains sont incendiés et suite aux affrontements avec la police 22 personnes sont incarcérées.


[Extrait de "Cette Semaine" n°88, mars 2006, p.35]