CPE & tribunaux


• Un jeune de 18 ans a été condamné à deux semaines de prison ferme vendredi 24 mars à Orléans, pour avoir lancé une bouteille de bière sur les CRS la veille. «Je ne trouvais pas ça grave, ça n’a tué personne» a déclaré l’apprenti-cuisinier qui, à la sortie du bureau du procureur, a lancé «je t’encule».

(Libération, 25/26 mars)

• Les mots ont volé dans la salle d’audience du tribunal comme sur une table de ping-pong, hier, à Nantes.

« L’Etat bourgeois vous reproche un certain nombre de choses», ironise le président Michel Autem. Des jets de canettes de bière en direction des CRS postés devant la préfecture, lors des manifestations anti-CPE à Nantes. «Nous avons affaire à un révolutionnaire», poursuit le président. En face de lui, Etienne, 25 ans. «Le monde du travail ne veut pas de moi, moi non plus». Il a un peu touché au bâtiment comme électricien. «Mais vous avez une formation alors ?» Etienne répond : «Les classes moyennes aiment bien les ouvriers sous-qualifiés et s’en servent comme larbins». Chuchotements approbateurs dans la salle d’audience où, au premier rang, sont massés des supporters.

Le président insiste : «Donc, vous ne faites rien ?» «Non !» «Le logement ?» «Je paye pas... Et ça marche», poursuit Etienne, un brin provocateur. Il perçoit quand même le RMI. (...) Quand le président interroge le prévenu sur les jets de canettes, ce 28 mars où plus de 50 000 personnes défilent contre le CPE, Etienne répond : «Sur les faits, j’ai rien à dire». Et il se rassoit, puisque le président l’a prévenu que ses «déclarations philosophiques» ne l’intéressaient pas. Au suivant.

(Ouest-France, 10 mai 2006)

Etienne prendra 50 heures de Tig, et les deux autres accusés du même délit (dont l’un déclarera devant le tribunal qu’il «trouve stupide» de jeter des canettes sur les flics), un mois ferme.


[Extrait de "Cette Semaine" n°89, juin 2006, p.16]