Les procédures en cours


• L'Opération “COR”

Le 7 juillet 2006 est tombé à Florence le verdict contre les 11 compagnons de Pise et alentours. Cinq d’entre eux (Beppe, Federico, Alice, Gioacchino, Francesco Cecco) sont totalement acquittés. Par contre, William Frediani est condamné à 6 ans de prison, Francesco Gioia à 5 ans et 2 mois, Costantino Ragusa à 5 ans, Alessio Perondi à 3 ans et huit mois, Leo et Betta à 3 ans et six mois. Ils sont en plus condamnés à payer solidairement 200 000 euros pour les dégâts occasionnés par les actions revendiquées par les COR (Cellules d’Offensive Révolutionnaire), soit une vingtaine d’attaques de juillet 2003 à juillet 2004 contre des sièges de syndicats, des bureaux d’élus, des agences d’interim et une entreprise de construction d’une caserne de carabiniers.

Pour la première fois, un tribunal a accepté de rentrer dans le sale jeu des keufs et a reconnu une «association subversive» (270bis) contre des compagnons. L’appel ne sera pas avant un an.

Rappelons en outre qu’une seconde vague de perquisitions/arrestations a touché les compagnons de Pise autour de leur journal Terra Selvaggia le 4 mai 2006 (concernant le sabotage d’un pylône en septembre 2005 et l’attaque contre une agence Adecco en août 2005). Costantino et Betta, déjà frappés par le jugement contre les COR, sont incarcérés ainsi que trois autres personnes :

Federico Bonamici — via Nuova 179 — Poggio Reale — 800 143, Napoli
Giuseppe Bonamici — nuova Casa S. Michele — stada statale 50 — 15040, Alessandria
Costantino Ragusa — Casa Circondariale — via Prati Nuovi 7 — 27058 Voghera (PV)
Silvia Guerini — carcere «la dozza» — via del gomito 2 — 40127 Bologna
Benedetta Galante — contrada capodimonte — 82100 Benevento (NA)

• Opération “Nottetempo”
Des audiences se sont déroulées les 7 et 21 juillet. A cette occasion, la cour a enfin ccordé le placement en résidence surveillée pour Salvatore Signore, qui sort donc après 14 mois de détention préventive. Elle a aussi levé la résidence surveillée de Marina et levé l’interdiction de quitter la ville d’Annalisa. Cristian, Saverio (et à présent Salvatore) se trouvent toujours incarcérés en résidence surveillée. La prochaine audience a été fixée au 21 septembre.

On peut leur écrire :
Salvatore Signore Cristian Paladini
via XXI Aprile 29 via Don Carlo Gnocchi 4
73042 Casarano (LE) 73100 Lecce

Saverio Pellegrino
via monteverdi 3
73032 Andrano (Lecce)

Pour le détail de ces farces judiciaires, voir Un été italien. Textes sur la répression anti-anarchiste, par Quelques complices sans patrie, janvier 2005, 32 p. et nos derniers numéros.


[Extrait de "Cette Semaine" n°90, septembre 2006, p.18]