Les luttes contre les lignes TGV (TAV en italien) n’ont bien sûr pas commencé l’automne 2005 contre la Lyon-Turin en Val Susa, où les négocations citoyennes avec le mouvement vont bon train depuis le retour de la gauche aux affaires. Depuis 1993 au Pays Basque espagnol se réunissent des assemblées contre les 443 km de lignes TGV, lutte couplée plus récemment à l’opposition à la construction de lignes à très haute tension (THT). En Italie, la lutte du Val Susa a semblé donner un élan à une partie de la population, et l’on a vu en 2006 se multiplier des collectifs locaux refusant les projets européens de TAV, jusqu’au Frioul.
Nous publions ci-dessous deux tracts des collectifs du Trentino et Alto Adige, qui se mobilisent contre la ligne Munich-Vérone et ses 200 kilomètres de tunnels à travers la montagne.

A tout le mouvement no tav

Vendredi 30 juin, à 12h45 à Innsbruck en Autriche et Aica (un village italien à 7 km de Bressanone, au nord de Bolzano), les dévastateurs de l’environnement et leurs administrateurs donneront un coup de pioche symbolique afin d’accélérer l’arrivée des financements européens destinés à la galerie exploratrice, base de l’euro-tunnel du Brennero : 56 kilomètres de tunnel entre Innsbruck et Fortezza, soit un bout de la ligne à grande vitesse/à grande capacité Munich-Vérone. Ce «coup de pioche» sera retransmis par vidéoconférence à Di Pietro et aux ministres autrichiens réunis sur le Brennero depuis le matin.

Cette inauguration (encore symbolique) des chantiers du TAV ne peut passer sans contestations. Personne ne veut de ces travaux à Aica, qui transformeraient une vallée splendide en une énorme décharge et mettraient en danger ses nappes phréatiques. Il revient à ceux qui s’opposent au TAV Munich-Vérone —qui avec ses 200 km de tunnel dans les montagnes représente un désastre écologique annoncé— de montrer leur solidarité active avec les habitants d’Aica. D’autant plus qu’après le démarrage de la galerie exploratrice, il sera plus difficile d’arrêter l’euro-tunnel, et en conséquence les travaux du TAV de Fortezza à plus bas.

Une claire opposition d’en bas contre ces prémisses de chantier donnerait plus de force à tout le mouvement NO TAV, faisant descendre les politiciens et les affairistes du piédestal de leur mépris pour la terre et les populations. Ainsi, nous invitons tous les NO TAV à venir à Aica. Pour ceux qui ne peuvent se joindre à nous, nous proposons de donner un caractère Non au tunnel du Brennero, NO TAV ! à la journée du 30 juin (avec des tracts, rassemblements, banderoles, etc.).

Spazio aperto «no inceneritore no Tav» — Trento
No Tav Bolzano

----------------------------------------------------------------------

Un petit pas contre le Tav Munich-Vérone

Vendredi 30 juin s’est déroulé à Aica (une fraction de la commune de Naz-Sciaves, près de Fortezza) l’inauguration symbolique des chantiers de la galerie de service du tunnel du Brennero : en réalité, un tractopelle a bougé un peu de terre, rien de plus. En somme, un mouvement de politiciens et affairistes pour faire démarrer la machine des financements européens. Mais à Aica, vendredi, il n’y avait pas seulement les dévastateurs de l’environnement et leurs administrateurs. A 11 heures, sur la place du village, un groupe d’habitants des communes de Naz-Sciaves et de Bressanone ont donné vie à un rassemblement, avec les No Tav arrivés en bus de Rovereto, Trento et Bolzano. A leur côté, des opposants aux nuisances environnementales du Veneto, du Piémont, de la Lombardie et de l’Emilie Romagne. La bannière No Tav a été hissée sur la hampe de la place, à côté du tilleul centenaire. Après plusieurs interventions en allemand [le dialecte des habitants de l’Alto Adige est germanique] et en italien pour expliquer la portée réelle du projet de tunnel (des chantiers gigantesques, des décharges, le bruit, les poussières, l’assèchement des nappes phréatiques, etc.) et pour réitérer la nécessité d’une opposition d’en bas, les personnes présentes sont parties en manifestation spontanée en direction du lieu de l’inauguration, bloquant pendant une demi-heure de marche la route nationale (chose qui ne s’était jamais vue à Aica). Avec des drapeaux No Tav, des banderoles et des pancartes bilingues, des slogans et des sirènes, le cortège est parvenu au déploiement de policiers et carabiniers protégant le chantier qui n’existe pas encore. Là, se sont succédés des interventions, des slogans et le son des sirènes. Les manifestants (une centaine) sont ensuite retournés sur la place d’Aica en manifestation.

Il ne s’est certes pas agi d’un moment conclusif, mais bien d’un premier petit pas vers une opposition au Tunnel (et au TAV dont il fait partie) qui unira les habitants du Trentino, du Sud-Tyrol et de l’Autriche. (...)

Spazio aperto «no inceneritore no tav» — Trento


[Extrait de "Cette Semaine" n°90, septembre 2006, pp.20-21]