A l’heure où les «Faucheurs volontaires» continuent leur cirque citoyen en faisant parfois mine de radicaliser leurs actions (c’est-à-dire de faucher sans la présence directe des caméras et des gendarmes, voire même de nuit), les destructions anonymes de ceux qui refusent les OGM mais aussi le monde qui les produit et ne souhaitent pas simplement l’aménager avec le concours de l’Etat se sont poursuivies cet été. Nous publions ci-contre le texte des Taupes en colère, qui ont revendiqué les fauchages de maïs OGM du 29 juin 2006, sur les communes de Montech et de Léojac (Tarn-et-Garonne).

OGM : l’invasion continue, la résistance aussi


Les multirécidivistes Monsanto, Pioneer et Biogemma recommencent à nous enva­hir avec leurs chimères transgéniques qui ne présentent aucun intérêt, excepté pour ceux qui les produisent et les commercialisent et dont le but est de rendre irré­versible la pollution génétique pour supprimer toute opposition à la mainmise défi­nitive des multinationales de l’agrochimie sur l’agriculture.

Dans le Tarn et Garonne fin juin ont été mises hors d’état de nuire une parcelle de maïs NK 603 à Montech et une autre à Léojac ainsi qu’une parcelle de maïs MON 88017 et de maïs MON 88017 X MON 810, toutes de Monsanto.

Les promoteurs des OGM ont obtenu cette année de nouvelles autorisations d’es­sais et de mises en grande culture commerciale de la part de leurs laquais gou­vernementaux et commissaires européens, toujours serviles et prompts à nous infliger les dernières trouvailles nuisibles des scientistes asservis à l’économie et au productivisme industriel.

Extirpons cette engeance jusqu’à la racine avant qu’ils n’achèvent de saccager la terre, l’eau, le climat... et ce qu’il nous reste de liberté, face à cette artificialisation accélérée de la vie qui nous est imposée, accompagnée de tout un appareillage de contrôle de plus en plus totalitaire : relance du nucléaire, nanotechnologies, bio­métrie, vidéo surveillance...

Nous n’avons aucune réelle possibilité de choix quand à l’avenir face aux fana­tiques de ce progrès destructeur de la base même d’une possible vie libre, même si certains s’illusionnent encore sur la démocratie représentative alors qu’ils n’ont aucun contrôle sur les élus. Et Monsanto de s’étonner par voie de presse que nous ne respections pas les lois !

Nous n’avons aucune raison de tenir compte de lois stupides votées par des imbé­ciles qui ne respectent ni les humains ni la nature mais seulement la logique du profit et du pouvoir.

De ce monde nous ne voulons pas, soulevons-nous contre tous ses souteneurs, contre ceux qui par une fausse contestation partielle et réformiste ne font que ren­forcer l’ennemi en participant à faire accepter l’inacceptable. Quand on refuse les OGM et le monde qui les produit on ne négocie pas de seuil de contamination, de double filière et autres mirages.

Résistance et autonomie.

Les taupes en colère


[Extrait de "Cette Semaine" n°90, septembre 2006, p.15]