Brèves du désordre belges


4/09, Wilrijk – Des inconnus endommagent la maison du fasciste Bruno Valkeniers. Ils jettent du ketchup sur la façade et incendient le panneau électoral qui était attaché à la façade. Son jardin est vandalisé et sa voiture cassée. Bruno Valkeniers est un capitaliste flamand bien connu qui se présente sur la liste du Vlaams Belang pour les prochaines élections communales à Anvers.

5/09, Anvers – Le local du VLD est attaqué. Des pierres sont jetés contre les vitrines, et de l’acide butyrique est jeté à l’intérieur. Le SP.A et la Croix Rouge reçoivent aussi des pierres à travers leurs vitrines.

16/09, Kortrijk – Dans les environs de Kortrijk, des panneaux électoraux de tous les partis sont incendiés ou vandalisés.

18/09, Merksplas – Dans le centre de Merksplas, quelques voitures sont vandalisées. Quelques vitrines de magasins sont cassées.

18/09, Tervuren – Des dizaines de paneaux électoraux sont vandalisés pour la deuxième fois.

19/09, Velzeke – Le magasin de technologies informatiques Scheirlinckx Networking & Telecom Solutions est touché par le feu. La cause n’est pas connue.

19/09 – À Neeroeteren et à Opoeteren, des panneaux électoraux sont vandalisés et barbouillés avec des slogans contre la politique.

20/09, Hoboken – Une cantine part en flammes. La cause de l’incendie n’est pas connue. Une activité d’information du parti fasciste Vlaams Belang devait s’y dérouler le soir suivant dans le cadre de leur “ tour des cafés ”. L’activité est donc annulée.

20/09 – À Kortrijk/Desselgem, des panneaux électoraux sont de nouveau incendiés. Le Vlaams Belang n’a rien trouvé de mieux que de construire un monument avec les restes des panneaux incendiés.

20/09 – À Evergem, des dizaines de panneaux électoraux sont arrachés, barbouillés et détruits. Les communes voisines sont aussi touchées. À Zelzate, plus ou moins tous les panneaux électoraux sont vandalisés, ainsi qu’à Adegem. Des panneaux électoraux sont aussi vandalisés à Eeklo, Astene, Deinze, Zomergem et Ronsele. Quelques voitures de promotion électorale sont vandalisées.

22/09, Louvain – Le local de FEDASIL (le service des autorités qui gère les camps d’asile “ ouverts ”) est tagué avec le slogan “ 22/9/98 : Jamais oublié, jamais pardonné ”. La porte d’entrée est souillée avec de la peinture rouge. Le 22 septembre 1998 Semira Adamu a été assassinée par la police lors d’une déportation forcée.

25/09, Poperinge – Pendant la nuit, quasiment tous les panneaux électoraux sont arrachés. Quelques voitures de promotion électorale sont attaquées.

25/09, Schaarbeek – Onze voitures sont incendiées. Une partie des véhicules était stationnée près du commissariat de police.

26/09, Beerse – Une école est sérieusement vandalisée.

26/09, Bruxelles – Dans le quartier des Marolles, des émeutes éclatent après le meurtre de Fayçal à la prison de Forest. Pendant les trois nuits précédentes, des voitures, quelques magasins et un bâtiment du CPAS sont incendiés. En plus, les flics sont bombardés avec des pierres. Ici et là, des vitrines sont brisées. La police militarise rapidement le quartier et arrête préventivement des dizaines de jeunes.

28/09, Tienen – La voiture d’un membre du conseil communal est barbouillé avec des swastikas. Le propriétaire est un ancien membre du Vlaams Belang qui est passé au CD&V. À Zoutleeuw, près de Tienen, plusieurs panneaux électoraux du Vlaams Belang avaient déjà été incendié.

29/09 – À Nijlen, près d’Anvers, un garage BMW est incendié : deux caisses partent en flammes.

30/09 – Une révolte éclate à la prison de Forest. Quelques dizaines de détenus barricadent le préau et détruisent des caméras. Un peu plus tard, la police les force à retourner à leurs cellules.

Fin septembre, Louvain – Un petit bus électoral du Vlaams Belang est attaqué et sérieusement endommagé. Les dernières semaines, le vandalisme des panneaux électoraux et les slogans “ Ne vote pas, pense pour toi-même ” sur les murs ravagent la ville de Louvain.

Fin septembre/début octobre, Louvain-la-neuve– Plusieurs panneaux électoraux sont vandalisés à plusieurs reprises. Des poubelles sont taggées avec l’inscription “ votez ici ”.

2/10 – À Menen, Lauwe et Rekkem, plus de 35 grands panneaux électoraux sont dérobés.

4/10 – À Wommelgem, près d’Anvers, cinq camionnettes de Taxipost sont incendiées. Le parquet parle d’une action organisée avec des combustibles.

4/10, Middelkerke – L’oldtimer d’un candidat du VLD est souillé avec de la peinture noire. C’est la deuxième voiture “ libérale ” qui est souillée dans cette ville.

6/10, Louvain – Devant la prison, un slogan de onze mètres est peint sur le sentier piétonnier qui affirme que les matons sont des assassins. La fenêtre du local de l’ACOD (syndicat des matons) proche de la prison est cassée.

11/10, Verviers – Une école est incendiée. Les bâtiments sont sérieusement endommagés.

12/10, Louvain – Le matin, la police réalise une descente brutale dans le squat Villa Skwattus Dei. Sept personnes sont arrêtées avant d’être relâchées en fin de la journée. A 20 h, une centaine de personnes montrent leur solidarité contre la répression dans les rues de Louvain. Juste après l’invasion de la police, les vitrines des locaux du SP.A et du CD&V sont cassées et différents slogans apparaissent sur les murs de Louvain.

13/10, Gand – L’Action Anti-Raciste détruit toutes les fenêtres de la succursale d’Immo Maes, le propriétaire d’un bâtiment squatté par une cinquantaine de personnes d’Europe de l’Est et menacé d’expulsion.

14/10, Gand – Une pierre avec le message “ Il fait froid, hein ? ” est jetée à travers la fenêtre du local d’Immo Maes, suivi par une bombe de peinture. La revendication de l’action est jointe d’un appel à la solidarité.

15/10, Anvers – “ Dans la nuit du 15 à 16 octobre, nous nous sommes occupés à casser toutes les vitrines du local du SP.a à Anvers. Un agent immobilier qui se prépare à spéculer sur le projet de destruction urbaine dans le nord d’Anvers a reçu la première pierre à poser au travers de sa vitrine. À Borgerhout, la colonne humanitaire de la politique d’immigration était attaquée : le pare-brise et la vitre de côté sont cassés, la carrosserie est endommagée. Un salut rebelle à tous les insurgés ! Solidarité active contre le racisme, l’Etat et le capital ! ”

20/10 – Une révolte éclate à la prison de Lantin. Une quarantaine de détenus occupent le préau et exigent de parler avec le directeur. Le directeur refuse et les détenus s’arment de barres de fer. Ils détruisent une grande partie de la prison et s’affrontent ensuite aux flics. Plusieurs policiers sont blessés, un flic fut presque lynché. Après quelques heures, l’ordre fut rétabli.

[Traduit du néerlandais. Tiré de De Nar, n°208, novembre/décembre 2006, p.14]

[Extrait de "Cette Semaine" n°91, décembre 2006, p.43]