Sabotages électoraux


22 avril, Millau : Plusieurs milliers de téléspectateurs de la région de Millau (Aveyron) ont été privés d’image et de son après le sabotage de relais télévision et radio dimanche, au moment où débutait la soirée du premier tour de l’élection présidentielle, a-t-on appris mardi auprès du groupe TDF. Peu après 20h et l’annonce des premières estimations, la diffusion des émissions de la soirée électorale a été perturbée sur les chaînes de télévision hertziennes et plusieurs stations de radio nationales et régionales.

Dans l’enceinte du relais installé sur un site appelé la Puncho d’Agast, plus d’une trentaine de câbles assurant la liaison entre les paraboles de réception des ondes et le local technique où ces ondes sont traitées avant d’être relayées vers les foyers de Millau et sa région ont été sectionnés. La réception des opérateurs de téléphonie mobile Bouygues Telecom et SFR a également été perturbée.

Le relais du Puech d’Andan, près de Saint-Germain, a, lui aussi, été vandalisé dimanche en début de soirée, ainsi que le relais radio des pompiers, situé sur le Larzac, au col du Renard. Le retour à la normale ne s’est effectué que lundi en milieu de journée, précise TDF, propriétaire d’un des relais visés. Après les réparations d’urgence, il est prévu d’autres interventions sur ces relais dans les jours à venir.

22 avril, Marseille : 15 écoles abritant une vingtaine de bureaux de vote de Marseille ont ouvert dimanche avec du retard, en raison d’actes de vandalisme. Au total, 22 bureaux (sur 462) ont été touchés dans les 2e, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e et 10e arrondissements. Une étonnante diagonale, apparemment sans logique aucune. Les serrures des portes d’accès ont momentanément été bloquées, bouchées par de la «glue et des clous», et les services techniques de la mairie ont dû intervenir sur 14 sites de vote, a expliqué un porte-parole de la municipalité. Le dernier bureau a ouvert ses portes avec un peu plus d’une heure de retard. Parmi les nombreux électeurs présents dès 8h devant la maternelle rue Alexandre-Copello à la Conception (5e), témoigne La Provence, une trentaine est repartie sans avoir pu voter. “Certains se sont montrés agressifs, une jeune femme était même en pleurs car elle ne pouvait pas attendre”.

6 mai, Paris : Au moins les deux tiers des quelques 50 bureaux de vote des quatre premiers arrondissements parisiens ont été vandalisés pendant le week-end. Leurs serrures ont été bloquées avec de la colle, des allumettes, des morceaux de fer ou encore des mégots. Les pompiers ont parfois dû intervenir pour ouvrir les portes, provoquant des retards d’ouverture, notamment dans les 13e et 15e arrondissements.

6 mai, Lille : Au moins quarante bureaux de vote répartis dans différents quartiers ont été victimes d’une mauvaise blague. Leurs serrures ont été bloquées à l’aide de ce qui semblait être, ce matin, de la glue et des petits morceaux de bois. Ces dégradations ont été découvertes très tôt ce matin par la police municipale qui a aussitôt rappelé du personnel en urgence afin de démonter l’ensemble des serrures touchées et assurer l’ouverture normale de chacun des bureaux à 8 heures. Toutes les serrures concernées devront être changées.

7 mai, Lyon : L’émetteur TDF de Lyon, qui culmine sur la colline de Fourvière, a fait l’objet d’une tentative d’incendie. La porte du transformateur électrique a été fracturée. Deux gros bidons remplis de liquide inflammables ont été découverts mardi matin. Ils étaient posés sur le transformateur et reliés à un système de mise à feu « relativement élaboré », qui ne s’est toutefois pas déclenché. La tour métallique TDF diffuse les chaînes de télévisions hertziennes et TNT sur le bassin lyonnais.


[Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, p.5]