Belgique :
Brèves du désordre belges


31/10 Amay – Le garage de la famille Javaux (parlementaire écologiste) est incendié avec des combustibles accompagnés d’une “ bombe de vernis ”.

18/11 Gand – Le nouveau Palais de Justice est attaqué. Une vitrine est brisée, un câble électrique est sectionné, des tags sont laissés sur les murs,… La police déclare que les vandales ont commencé déjà début novembre à endommager les bâtiments.

19/11 Louvain – “ Dans la nuit de 19 au 20 novembre, deux distributeurs de billets furent sabotés par incendie. Un nouveau grain de sable dans la machine capitaliste ! ”

21/11 Gand – Pendant la nuit, le consulat espagnol est attaqué avec des bombes de peintures et des tags en solidarité avec les prisonniers en lutte. Un message signé par Résistance Antifasciste circule.

23/11 Bruxelles – Après l’annonce d’une possible fermeture, les ouvriers de l’usine de Volkswagen entament une grève (qui durera quelques semaines). Les agents de Securitas sont chassés du terrain par des ouvriers en colère, deux policiers en civil sont presque lynchés par la foule. Dans les jours suivants, on constate des destructions sérieuses aux machines, bâtiments,... La direction déclare qu’il y a des vols de matériel pour une valeur de millions d’euros.

24/11 Beverlo – Une église est incendiée. L’évêque décide de fermer l’église à cause des dommages.

25/11 Duffel – Un bâtiment du VDAB (équivalent de l’ANPE) est incendié. Le bâtiment est presque entièrement détruit. Il y a quelques semaines, une tentative d’incendie contre le même bâtiment avait échoué.

25/11 Huizingen et Anderlecht – Quelques entreprises fournisseurs de Volkswagen sont occupées par des ouvriers.

30/11 Forest – “ Le 30 novembre nous avons incendié deux distributeurs de billets aux environs de Forest. Un distributeur de Dexia à Linkebeek/Drogenbos et un distributeur de Fortis à Ruisbroek. Cette attaque directe contre le capital s’inscrit dans la lutte contre les patrons de Volkswagen Forest. Nous saluons tous ceux qui ont opté pour la confrontation ces derniers jours. Non à la trahison des syndicats ! Vol, pillage et sabotage : pas de compromis ! Lutte de classe contre le capital et son travail salarié! ”

1/12 Bruxelles – Des manifestants (surtout des ouvriers de Volkswagen) bloquent un TGV à la Gare du Midi pour soutenir le conflit social chez Volkswagen Forest.

2/12 Bruxelles – Vingt mille personnes descendent dans la rue contre la fermeture de Volkswagen Forest.

7/12 Bruxelles – Dans le cadre de la lutte à Volkswagen Forest, une centaine de personnes se rassemblent devant les bureaux d’Agoria, la fédération de l’industrie technologique. Ils occupent une partie du bâtiment, mais les leaders des syndicats menacent les ouvriers. En quittant les bâtiments, quelques vitrines éclatent. Au même moment, l’importateur et exportateur de Volkswagen à D’Ieteren est bloqué pendant quelques heures par quelques centaines d’ouvriers.

8/12 Ittre – “ Fin octobre la prison d’Ittre explosait. Des parties de la prison furent détruites par des prisonniers mutinés et un bureau des matons incendié. Ces actes de résistance appellent à se diffuser. La diffusion de la lutte contre les prisons se fera dans la rue. Le 7 décembre, nous avons peint des slogans anti-carcéraux dans les environs de la prison d’Ittre (Tubize, Ittre, Nivelles). En plus nous avons saboté un bureau d’intérim, quelques banques et quatre distributeurs de billets. Des oiseaux libres. ”

9/12 Charleroi – Deux flics sont blessés. Quand les policiers voulaient contrôler deux individus, les harcelés ont appelé à l’aide leurs amis et amies au café du coin. A une trentaine ils ont chassé les flics. Les deux recherchés sont arrêtés le lendemain.

14/12 Louvain – A Heverlee, les fenêtres d’un commissariat de police sont brisées. Les inconnus incendient ensuite le bureau avec des combustibles. Les endommages sont considérables, bien qu’une patrouille de police ait pu éteindre l’incendie assez rapidement.

15/12 Liège – A Droixhe, une cinquantaine de jeunes assaillent le commissariat de police. Les jeunes se dispersent après avoir jeté un molotov contre une voiture de police.

18/12 Beaumont – Deux voitures de police (dans un garage) sont incendiées.

23/12 Bruges – Quelques dizaines d’anarchistes se rassemblent au centre de rétention de Bruges où un compagnon est enfermé.

16/12 Zwijnaarde – Une installation de pompes appartenant à Aquafin (entreprise publique de l’eau) est sabotée.

23/12 Gand – A deux reprises, des installations d’Aquafin sur le chantier de la gare Saint-Pierre sont sabotées. Les travaux subissent de sérieux dégâts. Les travaux autour de la gare sont un nouveau projet de revalorisation du quartier.

29/12 Anvers – Douze distributeurs de billets sont sabotés.

2/01 Anvers – Les vitres de l’office du parti VLD sont brisées.

4/01 La Louvière – Une école est incendiée. Les bâtiments sont entièrement ravagés.

15/01 Anvers – Une grève des matons est suivie par une mutinerie dans la prison de Merksplas. Les matons s’enfuient de la prison, les prisonniers occupent les bâtiments et commencent à les démolir. Pendant plusieurs heures, les prisonniers détruisent des infrastructures et incendient deux pavillons. Ce n’est que vers 22h30 que la police peut intervenir et rétablir l’ordre, après des affrontements avec des prisonniers armés de barres de fer et de pierres. Un flic est grièvement blessé. La nuit même, des dizaines de mutins sont transférés vers d’autres prisons. Au moins 20 prisonniers sont placés au mitard. Les dégâts s’élèvent à plus de 100 000 euros.

16/01 Anvers – Les vitres de la maison de Justice sont brisées. Le message “ Ici Merksplas ” est laissé sur le mur du bâtiment. Une bombe puante est jetée à l’intérieur. La vitrine d’un magasin dans la même rue est cassée.

19/01 Anvers – A Berchem les vitres de l’agence du VDAB (équivalent du ANPE) sont cassées. L’inscription “ = prison ” est laissée sur place.

20/01 Anvers – En plein jour, un homme pénètre dans le poste de police, armé d’un bloc en béton. Il lance ce bloc sur un policier présent, qui est grièvement blessé. L’homme est arrêté sur place.

22/01 Bruxelles – Deux voitures de flics sont ciblées : les vitres sont brisées et la plaque d’immatriculation est volée. Quelques heures plus tard, la police arrête un suspect, qui attaque les policiers.

23/01 Vottem – Rassemblement devant le centre fermé pour soutenir un compagnon enfermé, pour la destruction de tous les camps d’asile et contre toutes les déportations.

25/01 Louvain – Les vitres de la Maison de Justice sont brisées.

30/01 Charleroi – Le poste de flics de Marchienne-au-Pont est incendié avec des molotovs. Deux jours avant, la police avait tué Henaday Numeri (23 ans) au volant d’une voiture volée.

31/01 Charleroi – Des molotovs sont jetés contre quatre commissariats. Les attaques s’avèrent coordonnées (toutes en moins d’une demie heure). Une dizaine de voitures sont incendiées dans les mêmes quartiers.

4/02 Termonde – A Baasrode, sept boîtes de distribution de télévision sont enlevées. Le câblage est endommagé.

4/02 Charleroi – Des inconnus tentent d’incendier la maison communale de Damprey avec des molotovs.

6/02 Hoeselt – Un panneau d’information de la police est incendié.

11/02 Herentals – Des promeneurs de la nuit détruisent différents panneaux publicitaires et incendient des poubelles et des voitures.

12/02 Bocholt – Trois voitures de Jan Martens, membre du conseil municipal et industriel, sont incendiées avec des combustibles. Les voitures sont entièrement détruites.

15/02 Anvers – Un distributeur de tickets de parking est incendié. Les vitres du magasin de vêtements Zara sautent à cause de la chaleur. Quelques poubelles partent en flammes.

20/02 Louvain – Les vitres du Werkwinkel (agence du VDAB, équivalent de l’ANPE) sont brisées, accompagné du slogan Arbeit macht frei.

22/02 Vottem – Une 150-aine de personnes manifeste devant le centre fermé. Elles écrivent des slogans gigantesques contre les camps et les déportations au bord de la route.

22/02 Vottem – Une émeute éclate dans le centre fermé. Un maton est agressé. L’infrastructure du camp subit des dégâts considérables. Quelques mutins sont transférés les jours suivants.

22/02 Bruxelles – La police intervient dans le centre fermé de Vottem. Ce soir-là la porte d’entrée du bâtiment de FEDASIL à Bruxelles est brisée. «De Ceuta à Vottem, la lutte contre les camps de déportations ne connaît ni frontières ni limites». FEDASIL est l’agence fédérale qui gère les camps d’accueil pour réfugiés.

25/02 Merksplas – Quelques dizaines de personnes manifestent au centre fermé. La présence policière est massive (CRS, autopompe,…). Les manifestants ont dû courir dans les champs pour arriver aux environs du centre et de la prison (juste à côté). Les prisonniers tapèrent sur les vitres et les barreaux et gueulèrent des slogans.

Début mars Forest – Des dizaines de détenus ripostent à la grève des matons par une occupation du préau. Les CRS ont dû intervenir pour que les détenus réintègrent leurs cellules.

2/03 Lantin – Des dizaines de détenus montent sur le toit de la prison de Lantin. Les CRS interviennent, les détenus décident eux-mêmes de réintégrer leurs cellules.

5/03 Lantin – Des dizaines de détenus occupent le préau de Lantin et refusent de réintégrer leurs cellules. Une émeute s’en suit et des affrontements avec les matons et les forces de l’ordre se déroulent.

6/03 Merksplas – Des slogans anarchistes contre les prisons, les centres de rétention et les déportations apparaissent sur la maison communale et une série de magasins à Merksplas et à Turnhout. Un distributeur de billets est endommagé et une vitrine de magasin brisée.

8/03 Anvers – Les vitres du secrétariat du parti Vlaams Belang à Hoboken sont toutes brisées. Le VB dénonce les actes qui coûteront au moins 7000 euros.

11/03 Vottem – Onze personnes s’évadent du camp de déportation pendant la nuit.

Mi-mars Gand – Un café dans le Gewadstraat connu pour sa propagande raciste et écofasciste est attaqué. Ses vitres sont brisées.

15/03 Gand – Manifestation devant l’CPAS gantois (équivalent du RMI) contre l’exclusion structurelle des Roms. La Brigade Vilain brise ses vitres et y jette des bombes de peintures.

27/03 Gand – “ Dans la nuit de 27 mars nous avons attaqué le consulat des Pays-Bas à Gand. Des vitres brisées parlent plus fort que les mots. L’Etat hollandais est responsable pour l’incarcération de notre compagnon NN. Sa haine pour ce système est indestructible, tout comme la nôtre. Nous exigeons sa libération ! La solidarité est une arme ! Quelques solidaires. ” NN est un anarchiste qui est incarcéré dans un centre de rétention aux Pays-Bas après avoir été condamné à 6 semaines de prison pour tentative d’incendie d’une bagnole des flics.

Début avril Anvers – “ Deux banques hollandaises à Berchem et à Deurne ont été attaquées en solidarité avec notre compagnon NN. Les vitres de l’office de Van Lanschot Bankiers et de la banque ING ont été brisées. Liberté pour tous les prisonniers, détruisons toutes les prisons. Quelques NN. ”

3/04 Turnhout – Incendie de la maison communale de Turnhout.

8/04 Turnhout – 80 prisonniers occupent le préau. Ils causent des dégâts (câbles électriques, caméras et le bâtiment des matons). Quand la police intervient, les prisonniers se défendent avec des barres en fer et des pierres. La plupart d’entre eux retournent en cellule, une poignée des mutins monte sur le toit. Les pompiers arrosent les détenus pendant plusieurs heures.

11/04 Bruges – Un molotov est jeté contre le tribunal. L’entrée est endommagée.

11/04 Turnhout – Un cocktail Molotov est jeté à l’intérieur du tribunal de la jeunesse. Grâce aux dégâts, les ordinateurs du tribunal restent hors fonction pendant 2 semaines.

12/04 Bruxelles – Un contrôleur de la STIB (le transport public de Bruxelles) et un agent de prévention sont agressés.

19/04 Niel – Au parc scientifique Waterfront, des voitures sont endommagées, des vitres des laboratoires brisées,…

23/04 Torhout – Les vitres du Service Touristique sont brisées.

26/04 Bruxelles – Après un contrôle sur le tram, des affrontements entre des jeunes et la police suivent. Deux agents de la STIB sont blessés, cinq flics doivent être hospitalisés.

[Traduit du néerlandais. Tiré des numéros de De Nar, n°209-210, janvier-avril 2007]

[Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, pp.42-43]