Italie :


Les procédures en cours


• Rome : Opération Cervantes

Le 8 février 2007 est tombé le verdict d’appel concernant l’Opération Cervantes, déclenchée le 27 juillet 2004 par les substituts du procureur Vitello et De Falco du parquet de Rome, qui avait mené à une centaine de perquisitions dans toute l’Italie et à 34 compagnons placés sous enquête pour «association subversive» (270bis). Les faits spécifiques concernaient l’attaque contre l’Institut Cervantes de Rome (juin 2003), celle contre la caserne de carabiniers située via S. Siricio à Rome où l’adjudant Sindona avait perdu deux phalanges (novembre 2003) et contre le tribunal de Viterbo (janvier 2004). Finalement, neuf compagnons furent renvoyés en jugement et incarcérés. Le procès en première instance, qui a duré de septembre 2005 au 28 février 2006, se concluait par l’abandon de l’association subversive pour tous, l’acquittement de 6 compagnons, et la condamnation de trois autres : Marco Ferruzzi à 9 ans de prison et un an en liberté surveillée (colis piégé à la caserne), Simone Del Moro à 6 ans (bombe contre le tribunal) et Massimo Leonardi à 3 ans (saccage d’un McDo).

Début février donc, tombait le verdict de la Cour d’Appel : Marco et Simone sont acquittés, et il y a prescription pour Massimo. Bienvenus !

• Pise : Enquête «COR»

Du 19 au 21 avril 2007 s’est tenu le procès en appel concernant l’enquête sur les COR (Cellules d’Offensive Révolutionnaire). La dernière audience et le verdict seront le 11 mai.

Rappelons qu’en première instance le 7 juillet 2006, 5 compagnons ont été acquittés et 7 compagnons condamnés : William Frediani à 6 ans ferme, Francesco Gioia à 5 ans et 2 mois, Costantino Ragusa à 5 ans, Alessio Perondi à 3 ans et 8 mois, Leonardo Landi et Benedetta Galante à 3 ans et six mois. Les COR avaient revendiqué une vingtaine d’attaques de juillet 2003 à juillet 2004 contre des sièges de syndicats, des bureaux d’élus, des agences d’intérim et une entreprise de construction de caserne de carabiniers. Dans cette opération déclenchée le 7 juin 2004, comme dans la suivante de mai 2006, ce sont les compagnons fréquentant le local de Pise utilisé par Il Silvestre et le journal Terra Selvaggia qui ont été ciblés pour ce seul fait. Costantino et Francesco sont toujours incarcérés.

Pour leur écrire :

Costantino Ragusa - Casa Circondariale - Via Prati Nuovi 7 - 27058 Voghera (PV)

Francesco Gioia - Casa Circondariale - Via Maiano 10 - 06049 Spoleto (PG)

• Opération du 4 mai 2007 dite «groupe d’affinité»

Le 4 mai 2006 se déclenchait une autre opération policière, sur requête du procureur de Florence, Angela Petroiusti, qui conduisait à de nombreuses perquisitions, 12 mises sous enquête et 5 incarcérations pour «association subversive» (270bis), délits liés aux explosifs (fabrication transport,...) et «attentat contre la sécurité d’une installation d’utilité publique». Les faits spécifiques concernent le sabotage à la dynamite d’un pylône électrique à haute-tension en septembre 2005 et l’attaque contre la vitrine d’une agence d’intérim Adecco en août 2005. Des douze compagnons, dix sont en strict contrôle judiciaire (Betta après 11 mois de préventive, Silvia et Federico après 10 mois de préventive, Beppe, Erika, Chiara, Daniele et Alice en résidence surveillée, Mariangela avec interdiction de quitter son village) et un incarcéré (Costantino, déjà condamné dans l’enquête COR). Leo (condamné dans l’enquête COR) et Alessandro ont quant à eux une interdiction de séjour à Pise.

L’audience préliminaire du procès en première instance se tiendra le 2 mai.



[Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, p.19]