Nucléaire sous haute tension

Un nouveau réacteur nucléaire est en cours de construction à Flamanville, en Normandie, aussi monstrueux que les précédents : l’EPR. Et à nouveau réacteur, nouvelles lignes. Pas moins de 400 000 volts sur 150 kilomètres de la Manche au Maine.

On connaît depuis longtemps les effets directs de ces lignes à très haute tension : leucémies et autres cancers ou troubles neurologiques graves... équitablement répartis entre les humains et les animaux. Et même enterrées, elles nous foutrons toujours en l’air !

Mais qu’importe à EDF, puisqu’il s’agit de répondre aux besoins dévorants d’énergie électrique de l’armée et ses systèmes de surveillance, de l’industrie et ses usines de mort jusqu’aux portes de l’Europe, de la circulation des marchandises, y compris humaines, et de ses TGV, de la transmission d’informations et de leur vide interactif.

Lutter contre ces lignes, ce n’est pas simplement s’opposer à un nouveau désastre annoncé. A travers le nucléaire et son nécessaire acheminement, l’Etat quadrille, contrôle et domine non seulement les territoires mais toujours plus nos vies.

Combattre cela avec ce monde qui les produit, c’est reprendre goût à la liberté...


[Affiche rencontrée sur les murs de plusieurs villes, avril 2007]


[Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, p.10]