Uruguay :
Combien d’horreur faudra-t-il voir,
combien de gens devront mourir ?


Les capitalistes du monde entier exercent leur violence par les humiliations, vexations, tortures, faim, privations et abus. En sont la preuve les keufs, une grande partie de la population qui vit des poubelles, les milliers de personnes sequestrées et torturées dans les prisons, les commissariats et les centres d’enfermement, l’ensemble de la planète qui risque d’être contaminée, la répression et les guerres de tous côtés, les zones militarisées, etc.

Même si ça c’est le pire, ce qui nous dégoûte aussi, c’est qu’il soit soutenu par la population. Car qui leur permet de mener à bien ce désastre ?

Face à cette situation, la gauche progresse dans le Cône Sud, avec sa propre logique au service du Capital.

Il est temps que cela prenne fin, et la seule manière d’y parvenir c’est de se rebeller contre le Système et de forger une manière différente, libre et anti-autoritaire, de vivre nos rapports.

[Affiche publiée dans le n°2 du journal de la Coordinacion anticarcelaria del Rio de la Plata, printemps 2006]


[Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, p.39]