Quelques attaques chiliennes


26 mai 2007 — Deux engins explosent, à quelques heures du discours de la Présidente social-démocrate Bachelet, l’un devant la Direction Générale du Travail à Providencia vers 23h30 et le second devant le siège du PDD (Parti de la Démocratie) à Santiago vers 5h du matin. Le premier était situé à l’emplacement du compteur d’eau et a provoqué des dégâts à la façade de l’édifice. Le second a pulvérisé une grande partie du mobilier et des vitres du local.

«A bas le travail salarié !

Le travail n’a jamais rendu personne digne. Personne ayant été ou étant contraint de vendre son existence comme marchandise n’a réussi à rendre sa vie digne à travers cet esclavage salarié.

Nous n’obtiendrons la liberté qu’en détruisant les chaînes qui nous lient à cette société esclavagiste et criminelle.

L’idée que le travail rend digne est un mensonge.

Un mensonge propagé et diffusé par les pseudo-révolutionnaires du PC, ceux qui au cours de l’histoire, lorsqu’ils ont pris leur aise dans le cénacle bourgeois, n’ont jamais hésité à s’allier avec la police d’Etat pour dénoncer, réprimer et incarcérer toute possibilité de rébellion, croyant ainsi dépasser leur triste condition de militants frustrés.

Nous nous moquons de la balance Inostroza, pasteur répulsif de la police rouge du PC et de son faible troupeau de lâches. Soyez attentifs… vous êtes dans notre collimateur.

Les Etats sont construits sur du sang.

Il y a huit ans, les porcs en vert [carabiniers] assassinaient l’étudiant Daniel Menco 1. Ils ont recommencé il y a une semaine, cette fois contre l’ouvrier Rodrigo Cisternas.

Mais l’Etat n’est jamais rassasié de sang. Il a besoin de morts pour imposer la terreur, l’adhésion aussi. Il a besoin de morts qui incarnent une patrie qu’ils inventent. Les entreprises comme les héros patriotiques défendent des frontières fictives tracées à coups d’égoïsme et d’ambition, levant le drapeau patriotique ensanglanté de l’Etat chilien et écrivant une histoire falsifiée.

21 mai (2) : les promesses des tyrans n’étoufferont pas l’insurrection sociale.

Nous voulons la liberté de gérer nos vies, nos idées, nos désirs et nos rêves. Et dans ce désir, nous détruisons leur monde pour construire le nôtre.

Aux incarcérés : dynamitons les murs des prisons !

Bande antipatriotique Severino di Giovanni»

Ndt
1. Daniel Menco, étudiant de 23 ans, a été assassiné par les flics le 19 mai 1999 lors de la mobilisation étudiante de l’Université de Tarapacá.
2. Fête nationale patriotique, en souvenir de la bataille navale de Iquique du 21 mai 1879 et de celle de Punta Gruesa contre le Pérou.

15 juillet — Vers 22h15, un engin a explosé devant l’ambassade britannique dans le district Las Condes de la capitale Santiago, provoquant des dégâts légers. L’attaque a été revendiquée par les Fuerzas Autónomas y Destructivas León Czolgosz [Forces autonomes et destructrices León Czolgosz], du nom de l’anarchiste d’origine polonaise qui a assassiné le président américain McKinley en 1901. Nous avions traduit ici les précédents communiqués de ce groupe, notamment les attaques contre l’ANI [services de renseignement] en janvier 2006 ou contre la cathédrale Castrense en septembre. Celui-ci est beaucoup trop éloigné de nos positions pour trouver place ici (il s’agit notamment de sa rhétorique guerrière/militaire, son anti-impérialisme, son ambiguïté sur Israël qui nous semble une concession à l’islamisme combattant, sa référence aux seuls prisonniers politiques et son revendicationisme armé : bref, un communiqué trop marxiste-léniniste à notre goût). Pour les passionnés d’histoire contemporaine, on le trouvera sur klinamen.org en date du 17 juillet 2007.

22 juillet — Un engin artisanal a explosé à l’ouest de Santiago dans le quartier de Vitacura devant le domicile de la ministre du Logement, Patricia Poblete.

[Extrait de "Cette Semaine" n°93, août 2007, p. 31]