Faux-semblants sans fard en combinaisons blanches


Avec le texte qui suit nous voulons contribuer à remettre les pendules à l’heure concernant le mouvement des Tute Bianche – Les Invisibles – en Italie. Alors que beaucoup les citent en exemple dans les luttes : sans-papiers, antiglobalisation… (à Gênes ils/elles sont présenté-e-s comme « La tendance la plus intransigeante de la protestation antiglobalisation »), il nous a semblé intéressant de traduire ce texte paru dans l’hebdomadaire de la Fédération anarchiste italienne, Umanita Nova. Un texte porteur d’un tout autre point de vue.


La naissance du mouvement dénommé Tute Bianche remonte à 1988, quand les
centres sociaux se réferant à la « Charte de Milan » décidèrent de
s’éloigner, au moins par leur image, du reste du mouvement antagoniste qui
n’adoptait pas leurs positions politiques.

Cette Charte est apparue dans une assemblée qui s’est tenue le 19 septembre
88 à Milan, au centre social Leoncavallo. Elle constitua le point de
convergence de différentes démarches, venant de l’aire des centres sociaux,
comme Leoncavallo, le « milieu » des centres sociaux du nord-est italien
(Padoue, Venise, Mestre, etc.) ainsi que certains de Rome (Corto Circuito,
Forte Prenestino). Les centres de Ligurie et des Marches s’y rallièrent
ensuite.

Ces différentes démarches n’étaient pas totalement homogènes, mais
s’étaient construites au cours de la période précédente autour de la
tendance de certain-e-s militant-e-s en recherche d’une (re)définition et
d’un nouveau rôle politique ; la pratique se constitua à partir de
connections avec la « gauche » institutionnelle comme avec certains
secteurs associatifs et des militant-e-s bénévoles, dont des catholiques.
Dans le même temps des contacts avaient été pris avec des maires, même de
droite, pour obtenir une reconnaissance politique et une légalisation des
centres squattés avec l’argumentation qu’ils offraient des services publics
et des spectacles, organisés par des coopératives sociales liées au secteur
non-marchand.

À Mestre (Venise) en particulier, des négociations menées au conseil
municipal autour du centre squatté « Rivolta », une ancienne usine, pour un
coût approximatif d’un million de dollars US venant de fonds publics et
soutenu par le groupe économique Benetton, déboucha sur une légalisation de
ce centre. Un tel « tournant » politique, applaudi à la fois par la presse
de gauche et la TV, fut alors présenté comme la conséquence d’une révision
théorique assumant la fin de la période de la lutte des classes et de la
subversion communiste, la reconnaissance d’une « société civile ». Mal
définie, celle-ci n’en est pas moins considérée comme une nouvelle
interlocutrice visant une « réforme conflictuelle de l’État-providence »
par la revendication de droits universels, avec en premier lieu le « revenu
citoyen ».

Pour soutenir ces thèses, les centres sociaux de la Charte de Milan
dénichèrent un fédéralisme ambivalent : le municipalisme et l’autogestion
n’apparaissaient plus comme des alternatives radicales pour une
auto-organisation sociale mais plutôt comme un « nouveau » modèle de
participation démocratique et de représentation politique dans les
institutions comme dans les administrations locales. Ainsi le Centre
Leoncavallo a fini par soutenir un démocrate-chrétien comme Martinazolli,
dans la course à la mairie de Milan. Tout en regardant à la dérobée de
derrière le drapeau du néo-zapatisme, l’étape suivante a été la
participation de membres de cette mouvance aux élections locales dans les
rangs du Parti Vert ou de Refondation Communiste avec une position
exprimant tout sauf l’opposition aux gouvernements de centre-gauche. Lucas
Casarini, un porte-parole (mais un vrai : le leader !) des Tute Bianche fut
désigné comme conseiller de Livia Turco, ministre des Affaires sociales
dont le nom est associé à la loi créant les camps de rétention pour
sans-papiers et clandestins en attente d’expulsion.

Depuis 1998, suite à cette « nouvelle » évolution politique, une profonde
rupture s’est installée dans le mouvement antagoniste, avec d’un côté les
Tute Bianche de plus en plus impliqués dans un cadre institutionnel et
social-démocrate; et de l’autre les centres sociaux, les squatts et les
expériences d’auto-organisation sociales et syndicales qui prennent leurs
points de référence dans « l’Autonomie de Classe » ou les expressions
bigarrées de l’anarchisme depuis les squatteurs jusqu’à la Fédération
anarchiste italienne (FAI).

Durant les manifestations de rue, une question contribuait à aggraver les
fractures, la prétendue « désobéissance civile ». À plus d’une occasion, il
apparut clairement que certains affrontements entre les Tute Bianche et la
police avaient été arrangés préalablement, comme un article de L. Quagliata
le dénonça dans le journal Il Manifesto du 1er février 2000 sous le titre :
« Guérilla urbaine ? Mais je vous en prie... ». D’autant qu’à plusieurs
reprises et en différents endroits (Bologne, Aviano, Trévise, Trieste,
Venise, Rovigo...) les Tute Bianche ont commi agressions physiques, menaces
ou délation contre des autonomes, des anarchistes, des communistes
révolutionnaires et d’autres composantes du mouvement pour
l’auto-organisation qui rejettent l’hégémonie politique que les Tute
Bianche prétendent imposer, avec la complicité des médias, à la totalité du
mouvement d’opposition.

SANDRA K.
(traduction OCL Nantes)

ENCADRÉ - Morceaux choisis:
« ...Excusez-nous, camarades, mais pour nous votre inflexibilité à suivre
des principes et le refus de toute médiation avec les institutions se
rapprochent plus de la pensée anarchiste et du maximalisme populiste, digne
de l’ancienne organisation de gauche Lotta Continua, que de la formation
politique de nos militants. Il n’y a rien de pire que cela, éclaircissez
donc cette question. Permettez-nous seulement d’observer que les
propagandistes néo-anarchistes de l’action directe et les néo-communistes
orthodoxes et fondamentalistes ont en commun le même extrémisme en ce qui
concerne le langage pseudo-révolutionnaire ».
(extrait de la déclaration « Camminiamo interrogandoci », écrit par Radio
Sherwood à Padoue en réponse au mouvement antagoniste toscan, octobre
1996).

« L’État n’est plus dorénavant l’ennemi à abattre, mais l’homologue avec
lequel nous devons discuter les choses » (interview de Luca Casarini,
supplément du quotidien Il Gazzetino, 23/04/98).
« Les squatteurs de Turin sont trés éloignés de nous, qui discutons les
choses avec les institutions et qui travaillons sur des projets et des
initiatives. Ils occupent les centres sociaux seulement pour y vivre et
s’isoler eux-mêmes du reste de la société. Hier Valentino Castellani (le
maire de Turin) m’a téléphoné pour demander mon aide. Nous avons pris
rendez-vous »
(interview de Luca Casarini - avril 98).

« Dans les centres sociaux du nord-est du pays, nous avons sorti des
nouveaux dirigeants, des gens sérieux comme Luca Casarini. Ne sont-ils pas
des nôtres ?! Maintenant certains centres sociaux s’orientent eux-mêmes
vers un esprit d’initiative indépendant. Ils ont Cacciari (le maire de
Venise) comme interlocuteur intelligent, ils se pensent comme un lobby
démocratique »
(Interview de Fausto Bertinotti, secrétaire du parti Refondation
communiste, dans Il Manifesto du 16/07/98).

« Le jour où ils ne nous appelleront plus « autonomes » sera une fête...
L’idéologie est dépassée »
(interview de Max Gallob, porte-parole du centre social Pedro à Padoue dans
le quotidien Il Gazzettino du 15/03/00)

« À Davos, en accord avec José Bové, le leader des agriculteurs français,
nous avons invité par mégaphone à isoler ceux qui brisaient les vitrines.
Nous y avons réussi avec l’aide des plus jeunes des centres sociaux de
Mestre.. J’ai rencontré les garçons des centres sociaux de Mestre et de
Padoue... J’ai parlé avec eux, je leur ai dit qu’à la première action
violente ils seraient repoussés, ensuite j’ai écouté leurs raisonnements.
En fait à Davos ils sont restés de notre côté, ils n’ont jeté aucun molotov »
(interview de Grazia Francescato, parlementaire et leader du parti Vert
dans le quotidien Corriere della Serra du 25/05/00).

« Dans le vieil atelier nous trouvons les restes des traditions
révolutionnaires qui ont traversé l’histoire du XXe siècle: la communiste,
l’anarchiste, la travailliste (?) et les autres. Observons les,
désenchantées par ce qu’elles sont : des fragments d’une époque dépassée,
avec sa splendeur et sa misère, ses victoires et ses défaites, qui ne
reviendront plus jamais, qui ne peuvent être reconstruites »
(extrait d’une déclaration en direct sur Radio Sherwood, printemps 2000).

« ...Ainsi il existe aussi une gauche réactionnaire, pleine de nostalgie
pour l’identité de classe, avec sa manière idéale de spéculer sur les
petits pays (de Haider) »
(interview de Beppe Caccia, conseiller municipal de Mestre et chef de file
des Tutti Bianchi, dans le supplément « Musica » du quotidien La Republica
en novembre 2000).


Cet article est paru dans Courant Alternatif n°111, été 2001