Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Pontanézen (Brest) : un pavé lancé vers des policiers
(Le 14 février 2008)

Pontanézen : un pavé lancé vers des policiers

Un pavé a été lancé contre un véhicule de police circulant à Pontanézen. Un mineur, impliqué dans les violences urbaines de 2005, a été arrêté.

Une fois de plus, la police a été la cible de violences dans le quartier de Pontanézen. Les faits remontent à lundi après-midi. Un véhicule de la police, une Peugeot 307, circule rue Cézanne. Soudain, les trois policiers à l’intérieur du véhicule entendent un bruit sourd et voient le pare-brise s’étoiler. L’équipage donne l’alerte.

Un fourgon de police, qui était déjà dans le secteur, contrôle un peu plus loin trois jeunes gens. Le trio affirme n’avoir rien à voir avec le jet de pierre qui a atteint la voiture. Le projectile était un morceau d’aggloméré.

Mais un riverain appelle le commissariat et indique avoir tout vu de sa fenêtre : il donne le signalement et même le nom du lanceur de pavé. Le jeune homme désigné n’est pas inconnu pour la police : il s’agit du mineur qui a été récemment condamné à cinq mois de prison pour des jets de canettes contre les forces de police, le 7 novembre 2005. Ces jets de canettes s’étaient produits quelques secondes avant les deux coups de feu tirés contre un véhicule de la police.

Mardi matin, les enquêteurs de la Sûreté urbaine interpellent le suspect à son domicile. En garde à vue, l’adolescent, âgé de 17 ans, nie toute implication. Mais, en perquisitionnant chez lui, les policiers retrouvent un T-shirt correspondant à la description donné par le témoin. Le jeune homme est resté sur sa position. Il sera présenté à un juge d’instruction en mars.

En attendant, il a été écroué à la maison d’arrêt pour purger les cinq mois de prison auxquels il avait été condamné.

Ouest-France, jeudi 14 février 2008

Suivant
Imprimer l'article