Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Nice : une keuf rouée de coups lors d’affrontements
(Le 24 février 2008)

Nice : Affrontement entre la police et des groupes de jeunes

Un banal contrôle de police a dégénéré, hier, en un affrontement, en plein centre ville, entre la police et des groupes de jeunes qui ont pris à partie les forces de l’ordre. Une jeune policière a été violemment agressée et a dû recevoir des soins à l’hôpital.

Tout a commencé vers 16 h 30 à l’angle de la rue d’Italie et de l’avenue Jean-Médecin. Le corso de la bataille de fleurs venait de s’achever et un nombreux public déambulait dans les rues dans une atmosphère bon enfant et les bras chargés de bouquets.

Mais quelques minutes plus tard, c’est une autre « bataille » qui a éclaté, bien moins sympathique, dans des circonstances rendues encore plus confuses par la présence de la foule.

Une policière rouée de coups de pied

Des policiers décident de procéder au contrôle d’une voiture près de l’église Notre-Dame. A bord du véhicule, quatre personnes, trois filles et un garçon. Le ton monte rapidement entre les forces de l’ordre et le jeune homme qui s’est extrait de l’habitacle. L’une des jeunes filles intervient alors et une policière tente de la maîtriser en la plaquant au sol. Mal lui en a pris. Des « témoins » se jettent sur elle et lui assènent des coups de pieds dans la tête et dans le dos.

L’alerte est donnée. Plusieurs fourgons de police se rendent sur place. Près d’une quarantaine de policiers et de CRS investissent les lieux et procèdent à l’arrestation de huit personnes qui ont été placées en garde à vue.

Au cours de cette opération de maintien de l’ordre, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Hier soir, le sous-préfet Eric Djamakorzian s’est félicité de « la prompte intervention de la police » ainsi que du sang-froid de cette dernière : « Sans l’arrivée rapide de renforts, les forces de l’ordre auraient pu se retrouver en plus grande difficulté face à des groupes hostiles ».

Ouverture d’une enquête judiciaire

Même si ce déploiement et les méthodes de l’intervention ont été jugés quelque peu disproportionnés par certains badauds.

Le président du Conseil général, Christian Estrosi, a adressé un message à la jeune policière blessée afin de la féliciter pour son courage.

Celle-ci a reçu des soins à l’hôpital Saint-Roch.

Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’altercation et le rôle des différents protagonistes.

Nice Matin, dimanche 24 février 2008

Suivant
Imprimer l'article