Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rouen : Jeanne d’Arc décapitée dans un musée, l’"assassin" court toujours
(Le 18 avril 2008)

Jeanne d’Arc décapitée dans un musée de Rouen, l’"assassin" court toujours

AFP, 18 avril 2008

ROUEN (AFP) - Une statue en cire de Jeanne d’Arc, la bergère brûlée vive à Rouen en 1431, a été décapitée mercredi dans un musée de la ville par un visiteur inconnu qui a aussitôt pris la fuite sans donner d’explication, a-t-on appris vendredi auprès du directeur du musée.

Le visiteur, âgé d’une quarantaine d’années, s’est présenté mercredi au musée de cire Jeanne-d’Arc, a payé son billet et pénétré au sous-sol où se trouve retracée la vie de la Pucelle d’Orléans. Arrachant la main d’un garde armé en cire, le visiteur a sans autre forme de procès décapité la statue de Jeanne d’Arc d’un coup de hallebarde.

L’alarme s’étant déclenchée, le directeur, Alain Préaux, s’est précipité au sous-sol, croisant violemment le chemin du "meurtrier" qui a réussi à prendre la fuite, emportant également avec lui une quarantaine de CD servant à l’animation du musée.

Choqué et légèrement blessé au genou, M. Préaux a indiqué avoir porté plainte pour "vol, dégradation et violences". "J’ai également prévenu mes collègues des musées (consacrés à Jeanne d’Arc) d’Orléans, Domrémy et Chinon pour qu’ils fassent attention" à ne pas être la cible de ce visiteur indésirable, a-t-il précisé à un correspondant de l’AFP.

Ironie de l’histoire, la statue de celle qui s’est évertuée à "bouter les Anglais hors de France" a été provisoirement coiffée d’une tête... de jeune Anglaise, empruntée à un autre mannequin du musée par la direction qui souhaitait éviter de choquer les visiteurs en laissant le corps décapité.

Suivant
Imprimer l'article