Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Brèves grecques de septembre à novembre 2007
(Le 10 mai 2008)

Brèves grecques de septembre à novembre 2007

8 septembre, Thessalonique - suite à des affrontements avec la police anti-émeute (MAT), l’anarchiste Christina Tonidou est arrêtée sur le territoire de l’université de Thessaloniki. Elle est accusée d’avoir jeté des cocktails molotov sur les flics.

15 septembre, Athènes - des inconnus détruisent le matériel de propagande électoral et tentent d’incendier l’infokiosk du PASOK (parti de gauche) dans le quartier de Nea Penteli.

25 septembre, Athènes - quatre molotovs sont jetés contre les voitures de police stationnées dans le centre ville, face au siège du PASOK (gauche socialiste).

27 septembre, Thessalonique - sabotage de caméras de vidéosurveillance. Un tract trouvé non loin précise « il y a quelques jours, la filiale de l’agence ASPIS a placardé un avertissement contre les tagueurs de ses murs, désormais sous vidéosurveillance. Nos vies ne seront pas sur écran. Détruisons les caméras ».

3 octobre, Athènes - braquage de la banque Ethniki à Gyzi, quartier d’Athènes. Les deux braqueurs prennent la fuite à vélo. Un peu plus loin, l’un d’eux, l’anarchiste Giorgos Voutsis-Vogiatsis, se fait renverser par le conducteur d’un camion qui a ainsi accompli sa mission de bon citoyen. Le compagnon est arrêté et emprisonné par la suite. Il se trouve actuellement à l’aile E de la prison de Korydallos.

6 octobre, Athènes - près de 40 personnes répondent à l’appel du comité de résidents et prennent part à un sabotage en plein jour de l’antenne relais de téléphone portable Wind à Ano Patisia.

9 octobre, Athènes - l’anarchiste Nikos Maziotis est arrêté à quelques pas de chez lui. Une fois au poste il est tabassé par un flic qui lui déclare le frapper parce qu’il est anarchiste. La raison de l’arrestation est que Maziotis, suspect habituel, serait à l’origine d’un braquage à Ilion, alors qu’il se trouve sous surveillance rapprochée depuis longtemps. Le témoin appelé ne le reconnaît pas, il est relâché après six heures.

10 octobre, Athènes - quatre prisonniers incarcérés à la prison de Korydallos font une grève de plateaux en solidarité avec Giannis Dimitrakis, transféré le 9 octobre de la prison de Korydallos à celle d’Alikarnassos en Crète. Dans leur communiqué, les quatre, - Giannis Lazaridis, Giorgos Tsolkas, Marios Tsourapas et Giorgos Voutsis-Vogiatsis - dénoncent les transferts à l’intérieur de l’univers carcéral comme mesure répressive destinée à isoler les prisonniers rebelles et à briser leur volonté.

Ils réaffirment aussi leur détermination à continuer leur lutte à l’intérieur de la prison, en agissant avec ceux dont la dignité et la rage sont intactes, jusqu’à la destruction de toutes les prisons.

19 octobre, Thessalonique - vers 4h du matin, un distributeur de billets de la banque Ethniki est incendié au square Ydra, dans le quartier de Kalamaria. 15 minutes plus tard, une attaque à la bonbonne de gaz frappe les bureaux du parti Nea Demokratia (droite, au pouvoir) situés au 54 de la rue Efessiou, causant l’explosion de ses vitres. Un groupe intitulé « Fondation Jules Bonnot » revendique l’action, dédiée au compagnon Giorgos Voutsis-Vogiatsis.

23 octobre, Thessalonique - un groupe intitulé « la Brigade consciente anti-autoritaire » revendique l’attaque incendiaire contre deux véhicules de la Public Power Corporation rue Armenopoulou en réponse au meurtre et au pillage de l’environnement depuis 50 ans. Il précise en avoir épargné deux autres, en raison des bouteilles d’oxygène qu’elles contenaient.

25 octobre, Athènes - deux nouvelles caméras de vidéosurveillance de la compagnie privée CCTV sont détruites, devant les commerces au croisement des rues Olympou et Patriarchou Ioakim.

%0

Suivant
Imprimer l'article