Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Quimper : face à face tendu entre défenseurs de l’hôpital de Carhaix et forces de l’ordre
(Le 5 juin 2008)

Quimper : face à face tendu entre défenseurs de l’hôpital de Carhaix et forces de l’ordre

Deux jours après une première action d’éclat dans la capitale de Cornouaille, les manifestants carhaisiens qui demandent le maintien de l’hôpital de Carhaix ont à nouveau investi le centre-ville de Quimper. Ils bloquent la circulation sur les quais. les forces de l’ordre sont très vite intervenus en lançant des gaz lacrymogènes.

Les défenseurs de l’hôpital de Carhaix multiplient les actions depuis l’annonce, il y a dix jours, par l’Agence régionale de l’hospitalisation, de la fermeture de la maternité et du bloc opératoire de l’établissement centre-breton.

Mardi, ils avaient bloqué Quimper une première fois, les quais puis les voies ferrées. Avant de se faire déloger par les gaz lacrymogènes des gendarmes mobiles qui n’avaient pas hésité à tirer malgré la présence de femmes enceintes parmis les manifestants.

Nouvelle action, nouveau face à face

Ce jeudi matin, une nouvelle action a été organisée. Les manifestants bloquent la circulation sur les quais. Ils ont allumé deux feux de pneus devant la préfecture et garé des camions au plus près des bâtiments. Après les avoir repoussés à l’aide de grenades lacrymogènes sur l’autre rive de l’Odet, les gendarmes mobiles ont entrepris de déplacer les camions laissés en travers.

Charge des gendarmes

Vers 11 h, le centre-ville de Quimper était toujours bloqué par les défenseurs de l’hôpital de Carhaix. Une nouvelle charge des gendarmes mobiles eu eu lieu vers 10h45 du côté de la place de la Résistance où certains manifestants lancent des cailloux. Une dizaine d’automobilistes qui s’étaient égarés sur la place viennent d’en partir.

Sur le pont Sainte-Catherine, qui enjambe la rivière de l’Odet, le face-à-face entre forces de l’ordre et manifestants est plus détendu avec la "danse des CRS" esquissée par des sage-femmes. Certains automobilistes ont pu s’extraire de la rue du Parc, mais il est toujours impossible de transiter par les quais.

Ouest France, 5 juin 2008

Suivant
Imprimer l'article