Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Montereau (Seine-et-Marne) : scandale punk au festival Confluences
(Le 9 juin 2008)

Dérapage sur la scène du festival Confluences Arnaud Journois

lundi 09 juin 2008 | Le Parisien

Confluences a battu un record d’affluence ce week-end mais l’après-midi de samedi a été émaillé par les dérapages du chanteur d’un groupe de rock-punk.

ALORS QUE les organisateurs scrutaient le ciel d’un oeil soucieux, c’est sur la seconde scène qu’a éclaté l’orage, samedi en fin d’après midi. A l’issue du concert de Faudel, les Locataires, groupe punk local, investissent la petite scène, au fond du parc des Noues. Après quelques titres enragés, vêtu d’une robe, le chanteur du groupe qui prétend faire du « rock grolandais », en référence à l’émission de Canal +, se lance dans des intermèdes virulents.

« Nous sommes des anarchistes, j’enc... le système. »

Yves Jégo, maire UMP de Montereau et secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, présent en coulisses, en prend alors pour son grade. « Jégo, je ne vote pas pour toi », « Message personnel à Jégo. Si tu es là, Jégo, je t’em... » Le chanteur s’en prend également à Faudel, occupé à signer des autographes non loin de là. Il lui reproche violemment son soutien à Nicolas Sarkozy avant l’élection présidentielle de 2007.

La tension et la fébrilité gagnent les rangs des organisateurs qui craignent un dérapage. Celui-ci se produit lorsque le chanteur se déshabille et prend des postures provocantes. Un spectateur échaudé franchit les barrières et monte sur scène pour s’en prendre physiquement à lui. S’ensuit un véritable cafouillage. Les autres membres du groupe essaient de calmer le chanteur qui s’en prend aussi à eux. Les ingénieurs du son coupent les micros. La sécurité et la police interviennent. Ivre, le chanteur s’en prend violemment à tout le monde. Le Locataire est finalement maîtrisé et « expulsé » de scène. Pour calmer la confusion, sur l’autre scène, le concert de Fatal Bazooka débute et le festival reprend instantanément son cours. Le chanteur des Locataires est interpellé et conduit en cellule de dégrisement. Il affichera 2,20 g d’alcool par litre de sang. Yves Jégo ainsi que plusieurs spectateurs ont décidé de porter plainte pour outrages au commissariat de Montereau. « Je laisse passer les insultes, mais en revanche, je ne peux pas accepter le reste, ce n’est pas l’esprit de ce festival », explique le maire de Montereau.

Cet incident n’aura cependant été qu’un petit grain de sable dans la machine. Plus tard dans la soirée, un membre des Locataires reviendra présenter ses excuses au nom du groupe : « Nous nous excusons auprès de M. Jégo, de Faudel, de la ville de Montereau, du public et des artistes. Nous voulons seulement faire de la musique. Bon festival, avec du soleil. »

********

Un chanteur punk s’en prend à Yves Jégo

Chaude ambiance samedi à Montereau en Seine-et-Marne lors du festival Confluences. Un chanteur du groupe punk « Les Locataires » a foutu le souk à peine leur concert débuté. Visiblement bien entamé, l’artiste a copieusement insulté Faudel qui avait assuré le show précédent sur la scène secondaire du festival.

Vêtu d’une robe, l’homme au micro s’en prend ensuite à Yves Jégo, député-maire de la ville et secrétaire d’Etat à l’Outre-mer qui assiste à la manifestation en coulisses : « Jégo, je ne vote pas pour toi ! Si tu es là, Jégo, je t’encule... »

La tension monte d’un cran quand le chanteur décide de se foutre à poil et d’adopter des poses jugées provocantes. Un des spectateurs du premier rang décide d’intervenir en sautant la barrière de sécurité pour s’en prendre physiquement au leader des Locataires.

Les agents de la sécurité et la police interviennent pour éviter la baston générale. L’ingénieur du son coupe le micro.

2,30 grammes

Mis à l’écart, le chanteur qui se réclame « anarchiste » souffle dans le ballon et affiche un glorieux taux de 2,30 grammes d’alcool par litre de sang.

Furax, Yves Jégo décide de porter plainte pour exhibitionnisme, en tant que maire de Montereau : « Je laisse passer les insultes, mais en revanche, je ne peux pas accepter le reste, ce n’est pas l’esprit de ce festival », déclare-t-il au Parisien.

20Minutes.fr, éditions du 09/06/2008 - 18h05

********

Yves Jégo : « L’absence de talent n’est pas grave, l’absence de pudeur si »

Yves Jégo, député maire de Montereau (Seine-et-Marne), et secrétaire d’Etat à l’Outre-mer revient sur la soirée mouvementée, samedi soir, du festival Confluences.

Que s’est-il vraiment passé samedi lors du festival Confluences de Montereau ?

Lors de ce festival, on dispose de deux scènes. Une pour les professionnels, l’autre pour les amateurs. Sur cette dernière, le chanteur d’un groupe punk que la mairie avait invité a pété les plombs. Il s’en ai pris à Faudel, le traitant de « salaud » puis a crié « à mort l’UMP ». Quand il m’a vu dans le public, il m’a traité « d’enculé ».

Et vous avez fait couper le son de son micro ?

Pas du tout. Qu’il m’insulte n’est pas très grave. J’ai le dos large. S’il était resté dans sa verbiasse anarchiste, ça ne m’aurait pas posé de problème. En revanche, quand il a commencé à se caresser, montrer ses fesses et se mettre à poil, là cela n’était pas acceptable. C’est seulement à partir de ce moment que l’on a décidé de couper le son. D’ailleurs, nous avons respecté leur art car nous avons attendu la fin d’une de leur chanson. L’absence de talent n’est pas grave, l’absence de pudeur si. Surtout qu’il y avait beaucoup d’enfants qui venaient voir Fatal Bazooka.

Quelles seront les suites de cette affaire ?

J’ai porté plainte pour outrage à la pudeur caractérisé. Le commissaire de police m’a dit qu’il avait 2,25 grammes d’alcool par litre de sang. En douze édition, c’est le premier incident. Il n’a duré que dix minutes mais bon, finalement, il y a du bon… ça nous permet de médiatiser notre festival.

20Minutes.fr, éditions du 09/06/2008 - 18h08

Suivant
Imprimer l'article