Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Hôpital de Carhaix : le comité de défense durcit ses actions
(Le 14 juin 2008)

Hôpital de Carhaix : le comité de défense durcit ses actions

QUIMPER (AFP, 14 juin 2008) — Blocage de routes et de gares, "siège" de la préfecture, manifestations ponctuées d’affrontements : depuis trois semaines les défenseurs de l’hôpital de Carhaix ont durci leurs actions et veulent éviter à tout prix la fermeture de la maternité et de la chirurgie.

Le comité de défense de l’hôpital, situé en centre Bretagne, mobilise élus, personnel, syndicats, associations et citoyens qui s’opposent à la fermeture des deux services, effective depuis le 6 juin.

L’agence régionale d’hospitalisation (ARH), qui a dénoncé dans un rapport plusieurs manquements à la sécurité, a repoussé au 29 août la fermeture définitive, et parle de "suspension". Mais le comité exige un moratoire de 18 mois pour présenter un projet médical permettant de sauver la chirurgie et la maternité.

Samedi matin, 400 à 500 manifestants ont investi le centre de Quimper, quadrillé par les gendarmes mobiles, aux cris de "Carhaix résistance", dansant la gavotte au son du biniou et de la cornemuse, autour de la cathédrale Saint-Corentin.

Parmi les militants partisans d’une radicalisation, certains évoquent un possible blocage du Tour De France qui doit partir de Brest le 5 juillet. "C’est une quasi-certitude, des actions seront organisées, ce n’est pas un baroud d’honneur, nous sommes partis pour une longue lutte", explique à l’AFP Mathieu Guillemot, militant LCR, qui affirme s’exprimer au nom de "plusieurs membres" du comité.

"Je serai le premier à faire le médiateur pour éviter cela, mais c’est l’Etat qui provoque le désordre en fermant des services, et il y a des actes de désespoir", a répondu Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix.

Très organisé, le comité de défense tient "bivouac" tous les jours devant l’hopital et ses actions "coup de poing" ne sont pas annoncées à l’avance.

"Carhaix est une petite ville de 8.000 habitants, tout le monde se connaît, il y a 180 associations, il suffit de passer quelques coups de fils pour mobiliser", explique le maire, qui fait référence au réseau fournissant chaque année des centaines de bénévoles au Festival des Vieilles Charrues.

Les défenseurs de l’hôpital évoquent tous un "sentiment d’abandon et d’injustice" pour le centre Bretagne, qui se trouve à plus de 45 minutes des hôpitaux de Brest, Quimper ou Lorient.

Invoquant "l’exception géographique", ils ont attaqué l’arrêté de l’ARH devant le tribunal administratif. L’audience est prévue le 25 juin.

Mais, la multiplication des blocages et des manifestations commence à entamer leur capital de sympathie. A Quimper, les commerçants se disent "fatigués" par les actions qui perturbent régulièrement leur activité.

Alors, les carhaisiens n’hésitent pas à utiliser l’humour et la provocation. Samedi, ils ont "tiré" avec une réplique de canon sur les gendarmes pour récupérer une catapulte confisquée samedi dernier.

Suivant
Imprimer l'article