Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Hôpital de Carhaix. Heurts à Quimper
(Le 21 juin 2008)

Hôpital de Carhaix. Heurts à Quimper

Le Télégramme de Brest, 21 juin 2008

Ce matin, entre 600 et 700 personnes, dont une centaine d’élus de toute la Bretagne, ceints de leur écharpe, ont manifesté devant la préfecture de Quimper pour protester contre la fermeture de deux services à l’hôpital de Carhaix. Le rassemblement a vite tourné en affrontements avec les gardes mobiles.

Une délégation d’une dizaine d’élus a été reçue en fin de matinée à la préfecture, mais l’entrevue a vite avorté après que des manifestants ont allumé des feux de palettes et lancé des fumigènes.

Deux heures d’affrontements

Les gendarmes mobiles sont alors intervenus avec des tirs de grenades lacrymogènes pour disperser tout le monde. En début d’après midi, alors que la Fête de la musique débutait dans les rues quimpéroise, le rassemblement s’est transformé en bazar général. Les affrontement ont repris avec les garde mobiles dans une grosse pagaille. Elus à terre

Pendant deux heures, le manifestants se sont heurtés aux forces de l’ordre. Le maire de Carhaix, Christian Troadec a fini, groggy, à terre, en voulant défendre les manifestants, un peu moins nombreux mais rejoint par des Quimpérois.

Il y aurait eu un personne blessée à la main. Aucune interpellation.

Avant de se disperser vers 16 h 30, les défenseurs de l’hôpital ont, promis de remettre ça. Le prochain départ du Tour de France pourrait bien être leur cible de choix.

*************

Ouest France, samedi 21 juin 2008

Hopital de Carhaix : élus chargés et matraqués

Peu avant l’heure de midi, les forces de l’ordre ont violamment chargé les manifestants qui s’étaient donnés rendez-vous à Quimper pour défendre l’hôpital de Carhaix. Parmi eux, une soixantaine d’élus.

Ce matin, environ 700 personnes manifestaient vers 11 h 30 devant la préfecture de Quimper pour la défense de l’hôpital de Carhaix, parmi lesquelles de nombreux élus du centre-Bretagne. Alors qu’une délégation d’une vingtaine de ces élus s’apprêtait à être reçue par le préfet, deux feux de palettes ont été allumés et la délégation expulsée. Presque aussitôt, les forces de l’ordre ont chargé les manifestants le long des quais de l’Odet. Vers 11 h 40, manifestants, élus ceints de leur écharpe tricolore en tête et gardes mobiles se faisaient face, sur les deux rives de l’Odet.

Les forces de l’ordre ont alors violemment chargé les manifestants. Certains d’entre eux ont été mis à terre, dont Christian Troadec, maire de Carhaix. "J’ai vu une femme avec un enfant de deux ans se faire charger et se trouver au bord du malaise", témoigne Christain Derrien,maire de Langonnet. Quant à Pierre Belleguic, maire de Kergloff, il avouait, en larmes, "n’avoir jamais vu cela. la police nous a tendu un piège et nous a agressé, nous les élus du peuple".

Des doigts arrachés pour un manifestant

Visiblement décidés, les manifestants centre-Bretons ont repris leur face à face avec les forces de l’ordre après leur déjeuner. Suite à un désaccord sur le parcours de la manifestation, une nouvelle altercation est survenue, lors de laquelle, un manifestant a été blessé à la main par un engin. Il aurait un ou deux doigts arrachés et a aussitôt été pris en charge par les secours. Vers 16 h, les 300 derniers irréductibles entamaient un dernier défilé le long des quais de l’Odet avant une probable dislocation.

Suivant
Imprimer l'article