Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Montélimar - Hier matin, 60 gendarmes et policiers se sont confrontés à plusieurs dizaines d’hommes armés
(Le 27 juin 2008)

Montélimar - Hier matin, 60 gendarmes et policiers se sont confrontés à plusieurs dizaines d’hommes armés

Le Dauphiné Libéré | Le 27/06/08 à 07h55

On est passé à deux doigts de l’affrontement. Avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer. Ce jeudi 26 juin au matin, aux abords du stade de l’hippodrome à Montélimar, quelque 60 policiers et gendarmes mobiles ont fait face, pendant plusieurs heures, à une centaine de gens du voyage. Leur campement, fort de 120 caravanes et de plusieurs centaines de personnes, était établi sur ce terrain communal depuis le dimanche 22 juin.

Des bâtons, des barres de fer, une tronçonneuse...

En début de matinée, les forces de l’ordre ont pris place sur le chemin de Redondon, en bordure du stade occupé : 38 militaires de l’escadron 14/5 de gendarmerie mobile de Bourg-Saint-Andéol, et 22 policiers du groupe d’intervention de la Drôme (venus de Montélimar, Valence et Romans), se sont immédiatement retrouvés en face de plusieurs dizaines d’hommes, bien décidés à ne pas se laisser expulser.

Certains brandissaient des bâtons, des chaînes, des barres de fer, une tronçonneuse... Des fusils de chasse ont même été exhibés en signe de défi.

"Sinon il aurait pu y avoir des morts"

Très vite, le ton monte. Imperturbables, policiers et gendarmes mobiles encaissent les insultes pendant deux heures. Ils avaient reçu l’ordre de ne pas charger. « Honnêtement, il aurait pu y avoir des morts dans les deux camps », lâche l’un des membres du dispositif. Sur le chemin de Redondon, la police municipale et les membres de la brigade de gendarmerie de Montélimar interdisent l’accès plusieurs centaines de mètres avant le "point de contact".

Les gens du voyage ont installé un camion-plateau, chargé de voitures épaves, à l’entrée du terrain. La confrontation se poursuit. Plusieurs fois, la tension monte, puis redescend légèrement. Le commissaire principal Bernard Valentin, de la Direction départementale de la sécurité publique, est en relation téléphonique permanente avec le préfet de la Drôme.

Jusqu’à hier soir 21 heures

Alors que plusieurs dizaines d’hommes bravent encore les forces de l’ordre, des véhicules et des caravanes commencent à quitter le terrain vers 11 heures. Il en partira ainsi plusieurs dizaines. Mais un "noyau dur" persiste et défie toujours gendarmes et policiers. Une vive discussion aboutira à un compromis : les gens du voyage s’engagent à partir avant jeudi soir (hier soir, ndlr), 21 heures. L’assaut ne sera donc pas donné. Les riverains et les représentants de la Ville ne cachent pas une certaine déception. « Et s’ils ne partent pas ? » lance une dame. « 

Alors on reviendra vendredi matin (aujourd’hui), avec un dispositif encore plus important » répond l’un des membres du dispositif. À 21h30, hier soir, les caravanes étaient attelées, prêtes à partir. À suivre...

Suivant
Imprimer l'article