Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Échauffourées musclées à la fin des Fêtes de Bayonne
(Le 4 août 2008)

AFP, 04/08/2008 à 11:42 Le Point.fr

Échauffourées musclées à la fin des Fêtes de Bayonne

La fin des Fêtes de Bayonne a été marquée, dans la nuit de dimanche à lundi, par des échauffourées qui ont opposé, dans une rue de la ville, quelques centaines de "festayres" à la police venue exiger la fermeture des bars à l’heure prévue par la municipalité, a-t-on appris de sources concordantes. Ce sont "environ 200 personnes" qui se sont opposées vers 4 heures du matin aux forces de police, avec des "jets d’objets et des feux de poubelle" dans une rue du Petit Bayonne, le centre historique de la ville, a indiqué Éric Morvan, le sous-préfet de Bayonne, à l’antenne de France Bleu Pays basque. Selon ce dernier, qui n’a pas donné le bilan de ces incidents, ceux-ci ne sont pas de nature à "gâcher l’atmosphère excellente" qui a marqué l’édition 2008 des Fêtes de Bayonne.

Aucune précision n’était disponible lundi matin auprès de la mairie ou de la sous-préfecture, qui devait publier un bilan des Fêtes de Bayonne en fin de matinée. Selon des témoignages, la police est intervenue dans deux bars, situés dans une rue du Petit Bayonne, qui avaient refusé de fermer leurs portes à 3 heures du matin, comme l’avait demandé la municipalité. L’opération de police, accompagnée de jets de grenades lacrymogènes, a donné lieu à des incidents violents, notamment des jets de bouteilles, qui ont duré environ une heure. La municipalité de Bayonne avait renouvelé les mesures préventives et développé une campagne de communication, destinées à limiter les débordements et incidents qui ont régulièrement émaillé les Fêtes de Bayonne, dans l’espoir aussi d’améliorer une image trop étroitement liée aux abus d’alcool.

***********

Sud Ouest : Les CRS sifflent la fin

FETES DE BAYONNE. -Quelque deux cents jeunes ont affrontés les forces de l’ordre, vers quatre heures, dans la nuit de dimanche à lundi, rue des Tonneliers

Source : Sud Ouest, 5 aout 2008

Les riverains de la rue des Tonneliers se souviendront du final des fêtes 2008 jusque-là, de l’avis de tous, parfaitement maîtrisées. Ils ont eu du mal à trouver le sommeil après le tir de grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre. « C’était affreux, j’avais les yeux qui piquaient terriblement et aussi du mal à respirer », expliquait l’un d’eux, hier après-midi, en poursuivant le démontage de ses installations. Les CRS ont fait usage de gaz pour répliquer à l’attaque de quelque deux cents personnes qui ont jeté sur eux tout ce qui passait à portée de main et incendié des poubelles. Le déroulement des faits reste flou. Le représentant de l’Etat Eric Morvan assure que tout est parti de deux débits de boisson restés ouverts au-delà de l’heure légale. Les témoignages recueillis auprès des riverains des événements divergent passablement. La seule certitude est la présence de deux cents festayres (ou un peu plus) accoudés aux comptoir.

« Nous avons vécu d’excellentes fêtes de Bayonne »

Vers 3 h 45, la patrouille de policiers (en tenue blanc et rouge) venue vérifier le respect de l’heure de fermeture aurait essuyé des projectiles. Les CRS sont arrivés à la rescousse. Le long face à face tendu a dégénéré en violences. Les festayres qui avaient accumulé des « munitions » ont bombardé les policiers et allumé plusieurs feu de poubelles dans cette rue étroite. Les CRS ont répliqué à coups de matraque et avec des bombes de gaz lacrymogènes. Une douzaine d’entre-eux ont été légèrement contusionnés par les projectiles.

Indicateurs. Des incidents que les autorités s’attachaient à minorer hier. « Les fêtes se sont déroulées dans d’excellentes conditions jusqu’à trois heures du matin, a insisté le sous-préfet Eric Morvan. Pour des fêtes comparables dans leur contenu, le nombre de personnes prises en charge par les secours est passé de 2400 en 2007 à 2140 cette année. C’est un indicateur intéressant. »

Responsabilités. D’autres chiffres confirment la meilleure tenue de l’événement. Le nombre de gardes à vue qui a fléchi de 50% (40 contre 80), le nombre de plaintes également deux fois moins important. Le maire Jean Grenet abonde dans ce sens en refusant de se focaliser sur les violences : « Il y a trois ans, nous avions malheureusement constaté 5000m2 de tags, cette année 1000m2. Nous avons vécu d’excellentes fêtes de bayonne. Ces incidents se sont passés avec des gens qui n’ont pas compris, ce sont des incidents mineurs. » Henry Labayle, adjoint à la sécurité, et Thomas Jausseau, élu responsable des fêtes, sont venus, hier après-midi, pour tenter de mieux comprendre le déroulement des faits en interrogeant les voisins. Pour sa part, le sous-préfet Eric Morvan demandera des explications aux prétendus intéressés avant de donner une quelconque suite administrative : « Nous sommes dans un pays où il y a des droits à la défense. »

*********

Infos diverses et témoignages ici :
http://echauffourees.bayonne.ldd.fr/

Suivant
Imprimer l'article