Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Fresnes : Tags injurieux dans le centre-ville
(Le 26 août 2008)

FRESNES : Tags injurieux dans le centre-ville

Le Parisien | 26.08.2008, 07h00

QUI A BADIGEONNÉ les façades de la mairie, du local socialiste, du poste de police et d’une banque de Fresnes de tags injurieux ? Hier matin, lors de l’ouverture des bâtiments, les employés ont découvert tagués à la bombe, tantôt en noir, tantôt en vert ou en orange, des propos insultants, pauvres en orthographe et sans véritable cohérence.

Sur les murs de la mairie, on pouvait ainsi lire : « pédophile », « escroc », « connard » ou encore « bande de cons ». Même vocabulaire fleuri sur les autres édifices, tous situés en centre-ville à une dizaine de mètres les uns des autres. Les murs du local de police, fermé la nuit, ont été colorés d’un « corrompu » et d’un « bande de chiens ». Un peu plus loin, c’est la vitrine de la Banque populaire qui a été gratifiée d’un élégant « enc... » Enfin, le local socialiste a vu sa devanture recouverte du sigle anarchiste et d’amabilités comme « bâtard » et « le changement viendra du bas ».

La mairie et le Parti socialiste ont porté plainte pour dégradations. Selon les éléments de l’enquête, les faits se sont déroulés dans la nuit de dimanche à lundi et ont été commis par un ou plusieurs individus.

« Des propos incohérents »

« Nous n’avons aucune idée des auteurs et ne savons surtout pas pourquoi ces tags ont été faits, assure Henri Israël, premier adjoint socialiste de Fresnes. Les cibles sont diverses, les propos incohérents et, surtout, personne n’est directement visé. Il y a quelques années, nous avions un fou furieux qui attaquait le maire par des inscriptions sur les murs de la ville. Mais depuis quelques années, après plusieurs plaintes, les choses se sont calmées. Surtout, je ne reconnais pas sa signature. Il n’est pas du genre à faire des fautes d’orthographe, analyse l’élu. Là, on ne peut pas dire que le ou les tagueurs soient licenciés en lettres... ».

Les inscriptions taguées sur les murs de la mairie ont déjà été effacées. Quant aux autres édifices, ils devraient être nettoyés dans les prochains jours.

Suivant
Imprimer l'article