Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Oignies (Nord) : Des Journées du patrimoine sans carreaux à la fosse 9/9 bis
(Le 17 septembre 2008)

Des Journées du patrimoine sans carreaux à la fosse 9/9 bis

mercredi 17.09.2008, 05:07 - La Voix du Nord

Deux visages de la fosse 9/9 bis : des machines qui retrouvent la jeunesse mais un site qui subit les actes de vandalisme. Deux visages de la fosse 9/9 bis : des machines qui retrouvent la jeunesse mais un site qui subit les actes de vandalisme.

Plus de 600 vitres brisées en juillet et août, des milliers d’euros de dégâts. À la fosse 9/9 bis d’Oignies, les anciens mineurs de l’association Accusto-Seci se préparent à accueillir les Journées du patrimoine dans une ambiance post-vandalisme.

C’est l’heure du ménage à la fosse 9/9bis. Bruits d’aspirateurs, coups de chiffon, les membres de l’association Accusto-Seci sont sur le pont en ce lundi matin. Ce week-end, il va y avoir de la visite avec les Journées du patrimoine. Alors, pour cette poignée de passionnés qui a grandement contribué à sauvegarder le site classé aux monuments historiques, ce n’est pas l’ouvrage qui manque.

Seulement, il y a visites et visites. Cet été, les bâtiments de la fosse 9/9 bis ont souffert d’actes de vandalisme. Et pas qu’un peu. « Le 14 juillet, plus de 400 carreaux ont été brisés par des vandales, déplore Désiré Lefait, vice-président de l’association, le 15 août, il y en a eu plus de 200. » La seconde fois, la police nationale a pu mettre la main sur les vandales, quatre adolescents du coin, pris la main dans le sac, des boulons dans les poches. Mais le mal était fait. Le bilan est lourd : près de 700 vitres brisées, principalement au niveau du puits de mine du 9. Après la première vague de vandalisme en juillet, un devis avait estimé le montant des réparations à environ 36 000 E.

Pour réparer la totalité des dégâts, il faudra donc tabler sur un budget de plus de 50 000 E. Rageant et décourageant.

C’est que parallèlement, les Accusto n’ont pas chômé. Après trois mois d’un travail acharné, de nombreux engins de la salle de la machine d’extraction de la fosse 9/9 bis ont pris un sacré coup de jeune. Encore six mois de labeur et l’énorme tambour de la machine devrait lui aussi suivre le chemin de la rénovation. Malheureusement, les actes de vandalisme de cet été sont venus assombrir le moral des troupes.

« On veut bien continuer à rendre le site plus attractif, râle Désiré Lefait, on veut bien continuer à accompagner les visiteurs lors d’événements spécifiques comme les Journées du patrimoine ou le festival des Rutilants. Mais tout ça à condition qu’il y ait un effort d’accompli pour protéger le site. Le projet pour la fosse commence à être bien défini mais si c’est pour voir les lieux dégradés au fur et à mesure, c’est pas la peine. » Pas question pour autant de fermer le site : « Ça doit être ouvert à tout le monde bien sûr, mais pas dans n’importe quelles conditions. Il faudrait par exemple que la circulation soit gérée par le concierge. » •

Suivant
Imprimer l'article