Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Maubeuge : incendie volontaire d’un local SNCF
(Le 20 septembre 2008)

Trois mineurs mis en examen pour l’incendie du local SNCF

samedi 20.09.2008, 05:03 - La Voix du Nord

Le local et son contenu avaient quasiment été intégralement détruits dans l’incendie. Le préjudice était estimé à 40000E. Le local et son contenu avaient quasiment été intégralement détruits dans l’incendie. Le préjudice était estimé à 40000E.

Début septembre, un local de maintenance en gare SNCF de Maubeuge avait pris feu, occasionnant une fumée spectaculaire sur les voies et un lourd préjudice. Trois jeunes en fugue d’un foyer maubeugeois ont rapidement attiré les soupçons. Ils ont reconnu les faits.

Mardi 2 septembre, aux alentours de 16 h 30, une épaisse fumée noire s’élève au-dessus de la gare SNCF de Maubeuge. Les sapeurs-pompiers et les policiers maubeugeois, appelés en nombre par crainte que la casse automobile voisine ait pris feu, tombent en réalité sur un petit hangar de maintenance en gare de fret, proie des flammes. l’enquête écartera rapidement l’hypothèse accidentelle, d’autant que les usagers SNCF sont parfois témoins de déambulations suspectes autour du site. Il reste qu’une quantité importante de matériel (barrière de balisage, outils d’entretien) ainsi que le toit du hangar lui-même avaient été détruits, pour un préjudice chiffré à 40 000 euros

...

Une enquête avait été ouverte, mais les auteurs présumés de l’incendie se sont finalement trahis à leur propre initiative.

À tour de rôle

Dans un foyer maubeugeois d’accueil de jeunes en difficulté, trois pensionnaires qui avaient fait un fugue au moment des faits se seraient mis à se vanter d’être les auteurs de l’incendie... L’information a circulé jusqu’aux oreilles des enquêteurs, qui ont décidé de leur placement en garde à vue.

Ces trois jeunes de 13 ans ont reconnu, au cours de leurs auditions, avoir mis le feu au hangar en enflammant à tour de rôle des morceaux de polystyrène.

Ils seront convoqués devant les juges de enfants des tribunaux d’Avesnes, Cambrai et Valenciennes, leurs juridictions respectives, pour y être mis en examen entre septembre et décembre.

Suivant
Imprimer l'article