Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

La mairie annexe de la Ravine-Blanche (La Réunion) livrée aux flammes
(Le 2 juillet 2005)

Incendie volontaire à la mairie annexe de la Ravine-Blanche (La Réunion)

La mairie annexe de la Ravine-Blanche a été livrée aux flammes pendant plus d’une heure hier matin. Les dommages sont conséquents. Surtout, de multiples traces d’effraction trahissent le caractère volontaire de l’incendie. La police saint-pierroise a posé des scellés sur le bâtiment qui recevra la visite d’un expert lundi.

[3 juillet 2005]

Le quartier saint-pierrois s’est réveillé au son des sirènes hier. A 4 h 58 très exactement, les pompiers débarquent pour s’attaquer à l’incendie qui ravage la mairie annexe de la Ravine-Blanche depuis plusieurs minutes. Trois véhicule, dix hommes et 1 h 20 d’efforts sont nécessaires pour éteindre le foyer. Les dégâts sont importants. Le feu a pris dans un local de 16 m2 avant de se propager à l’ensemble du bâtiment. De nombreux documents et des meubles ont brûlé. Les murs extérieurs sont relativement préservés. En revanche, toutes les peintures intérieures sont noircies. Ce service municipal devrait être fermé pendant de longues semaines. Pour l’heure, il est tout bonnement scellé. Les policiers ont en effet relevé de nombreuses traces d’effraction. A l’arrivée des pompiers, la porte était grande ouverte. L’incendie est donc volontaire, criminel. D’où l’ouverture d’une enquête et la pose de scellés demandée par le substitut du procureur Hélène Bigot jusqu’à la venue d’un expert lundi.

Départ de feu dans le local des supporters

Selon les premiers éléments relevés par les policiers qui ont passé sept heures sur place, le ou les incendiaires - les enquêteurs penchent pour un duo - ont essayé de s’introduire dans la mairie en forçant toutes les huisseries en aluminium à hauteur d’homme. Ces dernières leur ont résisté les unes après les autres. Ils se sont alors tournés vers le volet roulant de l’entrée. En arrachant des lames de ce dernier, ils ont pu se glisser à l’intérieur et casser la porte donnant sur le hall principal. Plusieurs bureaux ont été ensuite visités et dégradés. Pour finir, les intrus se sont rendus dans le local de la Kopa, le club de supporters des footballeurs de la Saint-Pierroise. L’association utilise cette pièce, qui n’a pas d’accès direct sur l’extérieur, aux mêmes heures d’ouverture que la mairie. Le feu est parti d’ici, puis s’est propagé à tout le bâtiment. Les auditions ont commencé. Alors que la rue bruisse de rumeurs faisant état d’une vengeance personnelle, la police ne suspecte encore personne en particulier. L’expertise détaillée de lundi permettra sans doute d’y voir plus clair. B.Y.

- Afin d’assurer la continuité du service public, la municipalité de Saint-Pierre assurera, à partir de lundi et aux heures habituelles, des permanences dans ses locaux de la rue Père-Favron situés en face de l’école maternelle Marie-Curie.Incendie volontaire à la mairie annexe de la Ravine-Blanche La mairie annexe de la Ravine-Blanche a été livrée aux flammes pendant plus d’une heure hier matin. Les dommages sont conséquents. Surtout, de multiples traces d’effraction trahissent le caractère volontaire de l’incendie. La police saint-pierroise a posé des scellés sur le bâtiment qui recevra la visite d’un expert lundi.

[3 juillet 2005]

Le quartier saint-pierrois s’est réveillé au son des sirènes hier. A 4 h 58 très exactement, les pompiers débarquent pour s’attaquer à l’incendie qui ravage la mairie annexe de la Ravine-Blanche depuis plusieurs minutes. Trois véhicule, dix hommes et 1 h 20 d’efforts sont nécessaires pour éteindre le foyer. Les dégâts sont importants. Le feu a pris dans un local de 16 m2 avant de se propager à l’ensemble du bâtiment. De nombreux documents et des meubles ont brûlé. Les murs extérieurs sont relativement préservés. En revanche, toutes les peintures intérieures sont noircies. Ce service municipal devrait être fermé pendant de longues semaines. Pour l’heure, il est tout bonnement scellé. Les policiers ont en effet relevé de nombreuses traces d’effraction. A l’arrivée des pompiers, la porte était grande ouverte. L’incendie est donc volontaire, criminel. D’où l’ouverture d’une enquête et la pose de scellés demandée par le substitut du procureur Hélène Bigot jusqu’à la venue d’un expert lundi.

Départ de feu dans le local des supporters

Selon les premiers éléments relevés par les policiers qui ont passé sept heures sur place, le ou les incendiaires - les enquêteurs penchent pour un duo - ont essayé de s’introduire dans la mairie en forçant toutes les huisseries en aluminium à hauteur d’homme. Ces dernières leur ont résisté les unes après les autres. Ils se sont alors tournés vers le volet roulant de l’entrée. En arrachant des lames de ce dernier, ils ont pu se glisser à l’intérieur et casser la porte donnant sur le hall principal. Plusieurs bureaux ont été ensuite visités et dégradés. Pour finir, les intrus se sont rendus dans le local de la Kopa, le club de supporters des footballeurs de la Saint-Pierroise. L’association utilise cette pièce, qui n’a pas d’accès direct sur l’extérieur, aux mêmes heures d’ouverture que la mairie. Le feu est parti d’ici, puis s’est propagé à tout le bâtiment. Les auditions ont commencé. Alors que la rue bruisse de rumeurs faisant état d’une vengeance personnelle, la police ne suspecte encore personne en particulier. L’expertise détaillée de lundi permettra sans doute d’y voir plus clair. B.Y.

- Afin d’assurer la continuité du service public, la municipalité de Saint-Pierre assurera, à partir de lundi et aux heures habituelles, des permanences dans ses locaux de la rue Père-Favron situés en face de l’école maternelle Marie-Curie.

Sources : clicanoo.com, le journal de La Réunion, 3 juillet 2005

Suivant
Imprimer l'article