Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Le Chesnay (Yvelines) : Le poste de police pris pour cible
(Le 14 octobre 2008)

Le Chesnay/ Le poste de police pris pour cible

Le Parisien | 14.10.2008, 07h00

ETRANGE MONTÉE de la violence ce week-end au Chesnay. « On s’interroge sur la signification de cet accès de tension dans un secteur aussi calme », précisait hier à Versailles une source proche de l’enquête. Deux jeunes hommes de 16 et 17 ans ont été déférés dimanche au parquet de Versailles avant d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Ils sont soupçonnés d’avoir dégradé, dans la nuit de vendredi à dimanche, des voitures du service technique de la ville avant d’incendier le véhicule de l’épouse d’un fonctionnaire du groupe d’intervention régionale (GIR) des Yvelines.

Cette étrange nuit débute devant l’hôtel Mercure, lorsque quatre jeunes hommes armés d’un pistolet et d’une bombe lacrymogène menacent un chauffeur de taxi. Mais l’homme, plus rapide que les malfaiteurs, parvient à leur échapper, sauvant ainsi sa recette et son véhicule. Malgré les efforts de la police, les voleurs n’ont pas pu être identifiés.

Vers 22 heures, quartier Saint-Martin, trois autres jeunes gens s’introduisent dans les locaux du service technique de la ville. Ils tentent de dérober deux véhicules sans y parvenir. Ils laissent les serrures abîmées et prennent la fuite.

Vers 1 h 20, deux cocktails Molotov sont lancés par-dessus le grillage du bureau de police du Chesnay. Un des engins atterrit sur une Opel Corsa. Et la voiture prend feu. Les pompiers maîtrisent le sinistre. Les policiers du quart de nuit interpellent trois suspects aux abords du poste. Ils sont placés en garde à vue au commissariat de Versailles.

Identifiés grâce à la vidéosurveillance

Lors de la garde à vue, le trio nie toute implication dans l’incendie et dans l’intrusion au centre technique municipal. Mais le système de vidéosurveillance permet d’identifier les deux plus jeunes, qui ont dégradé les véhicules de la ville.

Le dernier, âgé de 25 ans et déjà connu des services de police, a été remis en liberté en attendant la suite de l’enquête. « Nous attendons les résultats des analyses toxicologiques, précise une source proche de l’enquête. Il nous faut savoir s’il y a des traces d’hydrocarbure sur ses vêtements. »

Suivant
Imprimer l'article