Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Conflans-Sainte-Honorine : Il dégradait les nouveaux horodateurs
(Le 11 novembre 2008)

Conflans-Sainte-Honorine : Il dégradait les nouveaux horodateurs

Le Parisien, 11.11.2008, 07h00

UN HOMME d’une quarantaine d’années a été interpellé samedi après-midi et a reconnu avoir dégradé des horodateurs, ce week-end, dans les rues de Conflans. Légères, les dégradations ne l’ont pas conduit au tribunal. Le parquet a fait le choix du simple rappel à la loi, qui n’entraîne ni condamnation ni inscription au casier judiciaire.

Onze parcmètres ont été vandalisés entre vendredi et samedi, jour de la manifestation contre le stationnement payant, et moins d’une semaine après la mise en service du dispositif, lundi 3 novembre. Un chiffre « rare », selon Spie Batignolles, qui exploite le réseau de stationnement payant. « Onze sur81, dès le début du contrat, ce n’est pas fréquent, admet un chargé d’affaires, et pourtant nous sommes présents dans des villes autrement plus difficiles. »

Aucun quartier n’a été épargné : Chennevières, le centre-ville ou Romagné... A chaque fois, le monnayeur a été bouché avec de la mousse expansive. Un produit qui sert habituellement à colmater une fissure ou à calfeutrer une canalisation, et permet même de fixer des éléments de toiture !

Spie Batignolles chiffre les dommages à « plusieurs dizaines de milliers d’euros ». « Le coût des réparations dépendra de ce qui a été touché, explique la société, si la mousse a atteint l’électronique ou la monétique. » A l’installation, un parcmètre coûte entre 6 000 € et 8 000 €.

Un appareil arraché

Plus grave encore : un horodateur a été arraché place Fouillère. Mais Spie reste prudent : « On ne sait pas si c’était volontaire ou si l’équipement a été renversé par accident, peut-être par un camion. » Une plainte a été déposée, comme pour les autres dégradations.

Dès hier, le Collectif contre le stationnement payant s’est désolidarisé de cet « acte isolé ». « Nous sommes des citoyens avant tout et nous agissons dans la légalité », a affirmé son porte-parole, Jean-Marc Hidier.

Suivant
Imprimer l'article