Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Querqueville (Cherbourg) : le centre-ville plongé dans le noir Suite à des actes de vandalisme
(Le 25 décembre 2008)

Suite à des actes de vandalisme, Querqueville plongé dans le noir

Cherbourg
Ouest France, lundi 22 décembre 2008

Quelle n’a pas été la surprise des habitants et usagers du centre-ville de Querqueville, vendredi matin. L’éclairage public hors service a plongé une dizaine de rues dans l’obscurité. Immédiatement alertée, l’entreprise Snec a rapidement constaté qu’il ne s’agissait pas d’une banale panne mais que cette situation relevait d’actes de vandalisme perpétrés au cours de la nuit.

Devant l’ampleur des dégâts, l’électricité n’a été rétablie que dans la soirée, le maire Jean-Michel Maghe réagit à cette nouvelle série de dégradations de biens publics sur sa ville. « Ces actes inadmissibles auraient pu avoir des conséquences bien plus graves lorsque l’on sait sur les 25 armoires électriques détruites, plusieurs sont sur le trottoir, à côté d’écoles, et donc à portée de main des enfants. Les coffrets étant restés ouverts, on pouvait s’électrocuter. »

Le maire porte « plainte à la fois pour destruction de biens publics mais aussi pour mise en danger de la vie d’autrui ». L’élu a immédiatement sensibilisé les forces de police « pour diligenter rapidement une enquête ».

Jean-Michel Maghe compte aussi sur la coopération de tous les Querquevillais : « Cela a dû faire du bruit, cela a demandé aussi du temps. L’itinéraire emprunté va de la rue de Plage à la Coquerie en passant par les principales voies du centre-ville. Parfois, les auteurs ont dû monter le long des poteaux pour détériorer les armoires électriques installées à près de 3 m de hauteur. »

Suivant
Imprimer l'article