Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris/Manif pro-Gaza : des nouvelles de la bijouterie pillée
(Le 5 janvier 2009)

Paris/Manif pro-Gaza : bijouterie pillée

AFP, 05/01/2009 | Mise à jour : 12:29

Une bijouterie du quartier de l’Opéra a été pillée, pour un préjudice évalué à plus de 200.000 euros, samedi soir par une "quarantaine de casseurs" à l’issue de la manifestation contre l’offensive israélienne à Gaza, a-t-on appris lundi auprès de la boutique.

Une responsable de la bijouterie Louis Pion, 9 rue Auber (IXe), a expliqué à l’AFP qu’une "quarantaine de casseurs étaient entrés en trois vagues successives à trois minutes d’intervalle dans le magasin à 18h37".

Selon cette responsable, les "casseurs" ont pénétré dans le magasin, dont les rideaux de fer avaient été baissés, en cassant la porte d’entrée avant de briser les présentoirs pour s’emparer des montres.

La valeur d’achat, a-t-elle précisé, des objets volés est supérieure à 200.000 euros sans compter le coût des dégâts matériels provoqués par ce pillage.

De source policière, on a appris lundi matin que la 1ère division de police judiciaire (DPJ) a été saisie "d’affaires de dégradations et de vols" consécutives à ces incidents dont une concerne cette bijouterie.

La manifestation parisienne contre l’offensive israélienne à Gaza a réuni samedi à Paris entre 21.000 et 25.000 personnes et, après sa dispersion, 200 à 300 casseurs se sont affrontés avec les forces de l’ordre. Boulevard Haussmann, plus d’une dizaine de voitures ont été retournées et certaines brûlées, des vitrines cassées, notamment celles d’un magasin Damart, d’un magasin Bouygues Telecom et d’une cabine téléphonique, et des commerces vandalisés, avait constaté un journaliste de l’AFP.

Suivant
Imprimer l'article