Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Saint-Cyr-sur-Loire : Des mineurs dévastent un foyer du conseil général
(Le 28 janvier 2009)

Des mineurs dévastent un foyer du conseil général

La Nouvelle République du Centre Ouest, ‎28 janv. 2009

Saint-Cyr-sur-Loire. Pour un motif futile, sept jeunes garçons et filles ont tout cassé dans un accès de vandalisme.

C’est un spectacle désolant et de désolation qu’offrait hier matin, le foyer Upase, avenue du Général-De-Gaulle à Saint-Cyr. Un bâtiment d’aspect moderne mais dont deux étages et une partie du rez-de-chaussée avaient été vandalisés durant la nuit par sept des treize pensionnaires.

Ce foyer d’aspect moderne, bien meublé et équipé, qui dépend du conseil général, accueille des mineurs victimes de problèmes sociaux ou qui sont connus pour des faits de délinquance. Au rez-de-chaussée, se trouvent les services administratifs et les salles éducatives. Au premier étage, sept garçons sont logés en chambre individuelle avec une salle commune et au second, vivent six filles, dans les mêmes conditions.

Selon les éléments recueillis, les faits auraient débuté hier vers 1 h. Une jeune fille a voulu quitter son étage afin de rejoindre celui des garçons. Le surveillant s’y est opposé avant d’être insulté puis menacé avec un couteau. Une deuxième fille a alors prêté main-forte à sa copine, brandissant un tournevis et menaçant de mort le surveillant.

Les vociférations ont attiré l’attention des garçons et, aussitôt, a commencé le saccage du bâtiment. Radiateurs arrachés et jetés par les fenêtres, portes et meubles littéralement explosés, extincteurs vidés, cloisons de l’escalier défoncées, détecteurs de fumée arrachés, aliments répandus sur le sol.

Cette crise de vandalisme s’est propagée à l’extérieur du bâtiment puisque le fourgon de l’établissement a été sérieusement dégradé et un bras du portail électrique arraché.

L’intervention de la police a mis fin à ce déchaînement de violence. Hier, deux filles et cinq garçons ont été placés en garde à vue avant d’être déférés au parquet qui les ont présentés à un juge des enfants. Selon leur âge, leur rôle et leurs antécédents, certains devaient être placés sous contrôle judiciaire, d’autres en centre éducatif fermé et d’autres écroués.

Suivant
Imprimer l'article