Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Italie : émeute et incendie du centre de rétention de Lampedusa + 22 flics blessés
(Le 20 février 2009)

60 blessés dans une émeute d’immigrés à Lampedusa

Par LEXPRESS.fr, publié le 19/02/2009 12:09 - mis à jour le 20/02/2009 11:30

Un mouvement de révolte inédit s’est produit dans un centre d’expulsion italien, à Lampedusa, faisant une quarantaine de blessés du côté des immigrés et une vingtaine côté policier. Un incendie a détruit une partie des bâtiments d’hébergement.

Des affrontements entre immigrés clandestins et forces de l’ordre ont fait une soixantaine de blessés mercredi au centre d’expulsion de l’île de Lampedusa, dans le sud de l’Italie, qui a été en partie ravagé par un incendie.

"Selon un bilan provisoire, une quarantaine d’immigrés ont été blessés durant ces incidents, qui sont totalement inédits", a indiqué la porte-parole du Haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU (UNHCR) en Italie, Laura Boldrini.

Parmi eux, six ont été hospitalisés, certains pour avoir été intoxiqués par la fumée, selon l’agence Ansa, qui a aussi fait état de 22 blessés au sein des forces de l’ordre. Aucun des blessés n’est dans un état grave.

"Il y a eu une révolte des immigrés, qui sont actuellement 860 dans le centre. Certains d’entre eux ont cherché à enfoncer un portail, mais ils ont été repoussés par les forces de l’ordre", a indiqué de son côté le préfet de police d’Agrigente Girolamo Fazio.

Contre le rapatriement de 107 clandestins

"Un incendie s’est déclaré dans l’un des pavillons hébergeant les clandestins, qui a été en grande partie détruit", a-t-il ajouté. D’après Ansa, l’incendie a été provoqué par une vingtaine d’immigrés qui protestaient contre le rapatriement annoncé de 107 clandestins tunisiens. Des candidats à l’immigration attendent à l’extérieur du centre d’expulsion de Lampedusa. Certains ont dû être examinés par des médecins après avoir inhalé des fumées toxiques.

Le gouvernement a transformé fin janvier le "centre de premier accueil" en Centre d’identification et d’expulsion afin de permettre des rapatriements plus rapides. Jusqu’alors, les clandestins débarqués à Lampedusa n’y restaient que quelques jours avant d’être acheminés vers des centres de rétention sur le continent où il était statué sur leur sort. Le 24 janvier, 700 immigrés avaient forcé les grilles aller manifester dans la ville de Lampedusa contre leurs conditions de vie dans le centre.

En 2008, près de 31 700 immigrants ont débarqué à Lampedusa, une augmentation de 75% par rapport à l’année précédente, selon le ministère de l’Intérieur.

*******

Des clandestins se révoltent sur l’île italienne de Lampedusa

LE MONDE | 19.02.09 | 12h47

Le calme est revenu dans le Centre d’identification et d’expulsion (CIE) de l’île de Lampedusa, théâtre, mercredi 18 février, de violents affrontements entre immigrés et forces de l’ordre. Le bilan est d’une cinquantaine de blessés légers. Certains ont dû être hospitalisés après avoir été intoxiqués par la fumée de l’incendie de l’un des quatre pavillons.

Un nuage apparemment toxique s’est dégagé, ce qui a ravivé la colère des habitants de cette île située au sud de la Sicile. Depuis un mois, ils protestent contre la transformation de cette vieille caserne en véritable prison avec presque 900 immigrés, soit le double de ce qu’elle pourrait accueillir.

Selon la reconstitution des événements faite par Girolamo Fazio, le préfet de police d’Agrigente, un groupe d’immigrés auraient tenté de forcer un portail du Centre. Repoussé par des policiers et carabiniers, le groupe aurait alors lancé contre les forces de l’ordre tout ce qu’ils pouvaient arracher des structures puis auraient déclenché un incendie avec des matelas et des coussins. La vingtaine d’immigrés responsables des violences ont été arrêtés et devaient être transférés à la prison d’Agrigente. La grève de la faim que font une centaine de Tunisiens contre leur expulsion annoncée serait à l’origine des incidents : une rixe entre eux et les autres immigrés aurait en effet dégénéré en bataille rangée avec les forces de l’ordre.

31 000 CLANDESTINS ARRIVÉS À LAMPEDUSA EN 2008

La plus grande partie des clandestins arrivant sur les côtes italiennes, 31 000 rien qu’en 2008, passent désormais par l’île de Lampedusa. Le gouvernement a transformé ce qui était jusqu’ici un centre d’accueil en Centre d’identification et d’expulsion. Les immigrés ne sont plus, comme par le passé, transférés rapidement vers d’autres centres de rétention italiens, où ils recevaient souvent un ordre d’expulsion non exécutoire avant de disparaître dans la nature.

Désormais, les clandestins restent à Lampedusa d’où ils sont expulsés après leur identification. Du coup, le rêve italien de ces immigrés s’achève souvent sur l’île, en particulier pour les ressortissants de pays qui, comme la Tunisie récemment, ont signé des accords de rapatriement avec l’Italie.

Pour toutes ces raisons, la situation est devenue explosive. Le 25 janvier, 700 immigrés avaient réussi à s’échapper du centre pour rejoindre la population locale en révolte contre le changement de la structure. Selon le maire de Lampedusa, Bernardino De Rubeis, l’île est en passe de devenir "le Guantanamo d’Italie". Ce qui est arrivé mercredi relève, selon lui, de la faute du gouvernement : "Les immigrés sont exaspérés et les conditions de sécurité ne sont plus assurées." Des accusations relayées par des syndicats de police : selon Claudio Giardullo, du SILP-CGIL, "la révolte était inévitable parce que tenir 900 étrangers dans une structure qui peut en contenir pas plus que la moitié transforme le tout en une sorte de giron infernal". Le Haut commissariat pour les réfugiés fustige aussi le nouveau statut du centre, qui auraient engendré un "déséquilibre dans un système jusqu’ici rodé de gestion du flux d’immigrés".

Suivant
Imprimer l'article

Italie (Lampedusa) : Le bâtiment du centre d’expulsion des immigrés incendié au cours d’une révolte, le 18 février 2009

Italie (Lampedusa) : Le bâtiment du centre d’expulsion des immigrés incendié au cours d’une révolte, le 18 février 2009