Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Taillebourg (Charente-Maritime) : La mairie vandalisée
(Le 3 mars 2009)

Sud-Ouest, 03/03/09

Taillebourg (Charente-Maritime) : La mairie vandalisée

La nouvelle a vite fait le tour de la ville. Et pas seulement parce que dimanche se disputait une animation importante dans la vie locale, le semi-marathon. L’incompréhension était encore grande hier, dans cette cité du canton de Saint-Savinien connue pour sa bataille disputée en 1242 entre Français et Anglais.

Dans la nuit de samedi à dimanche, la mairie de Taillebourg a été victime d’un cambriolage. Et tout porte à croire que l’école voisine a failli l’être, car c’est la sonnerie d’alarme de cette dernière qui a motivé l’intervention de la société de surveillance. Et sans doute fait fuir le ou les individus qui ont vandalisé l’hôtel de ville et les locaux d’associations hébergées dans cette jolie demeure, située au fond d’un parc formant un splendide promontoire surplombant la Charente.

Vêtements et aliments volés

Guy Perret, le maire de la commune arrivé sur place à 0 h 45 dimanche matin, n’a pu que constater les dégâts. La porte principale de la mairie semble avoir été ouverte au pied-de-biche et la serrure arrachée. À l’intérieur régnait un paysage de désolation : affaires sur les bureaux jetées à terre, une petite dizaine de portes anciennes défoncées par des coups de pieds et de poings. Et quelques autres détériorées par un pied-de-biche. Sans oublier des anciennes cheminées dégradées et des dessins obscènes griffonnés. Seul le bureau du maire a été épargné.

Après inventaire, il semblerait que le butin soit maigre : trois cartons de vêtements volés, contenant respectivement des pyjamas, des sous-vêtements féminins et des chaussettes. À l’origine laissés en dépôts, ils étaient destinés à être vendus au personnel municipal. Glaces et biscuits enfermés dans le congélateur de la cantine scolaire contiguë à la mairie auraient aussi été embarqués.

« Plus qu’un cambriolage, c’est du vandalisme gratuit », s’indigne le maire Guy Perret, qui a passé la journée d’hier avec les employés municipaux à ranger et nettoyer les lieux. « Détériorer et casser les biens publics, c’est inadmissible. » Si quelques euros seulement étaient stockés, la première estimation des dégâts par le maire est évidemment beaucoup plus lourde. « Entre 5 et 10 000 euros. »

L’enquête est menée conjointement par la communauté de brigade de Saint-Jean-d’Angély et la brigade de Saint-Savinien.

Suivant
Imprimer l'article