Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : Une descente de police met le feu à Château d’Eau
(Le 6 octobre 2005)

Une descente de police met le feu à Château d’Eau

Milieu d’après-midi dans le quartier Château d’Eau (10e), hier. Une dizaine de véhicules de police, les Renseignements généraux et l’Urssaf se postent à l’angle du boulevard Sébastopol et de la rue du Château-d’Eau. A la sortie du métro débutent des contrôles d’identité et dans les magasins avoisinants, des vérifications de produits et de papiers.

Très vite, la tension monte dans le quartier, qui compte une forte présence d’immigrés africains. « Non aux expulsions », se met à crier la foule, confuse, avant d’improviser une manifestation. « Une femme s’est installée au milieu du boulevard pour bloquer la circulation, une cinquantaine de personnes l’ont rejointe », raconte un témoin. La circulation reste impossible au carrefour durant une demi-heure. Certains s’en prennent directement aux véhicules des policiers, qui font usage de bombes lacrymogènes pour disperser la foule. « Finalement, on a fait reculer la police », se réjouissent des manifestants.

Une dizaine de personnes auraient été embarquées à l’issue de l’intervention. La préfecture de police évoque « une opération routinière de contrôle des commerces, des gérants et des rabatteurs, ainsi que des produits utilisés dans les magasins de coiffure et les drogueries ». Mais les associations de soutiens aux étrangers s’inquiètent d’une recrudescence de ce qu’elles considèrent comme des « rafles ». Ainsi elles distribuent depuis le début de la semaine une lettre de « conseils aux sans-papiers en cas d’arrestation ». Et veulent mettre en place, d’ici à la semaine prochaine, un numéro d’appel destiné aux« victimes et témoins des rafles ». Sophie Caillat

Sources : 20 Minutes, Paris, Jeudi 06 octobre 2005

Suivant
Imprimer l'article