Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

La Courneuve (Seine-Saint-Denis) : tirs à l’arme de guerre contre les flics + une tentative évasion
(Le 18 mai 2009)

Renforts policiers après des tirs à l’arme de guerre contre la police à la Courneuve

18/05/09

PARIS (AFP) - Le dispositif policier a été renforcé dimanche à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) après que des policiers eurent essuyé des tirs à l’arme de guerre lors d’un guet-apens, un type de violence très rare en banlieue parisienne.

Des coups de feu ont été tirés, sans faire de blessés, d’une arme de type kalachnikov dimanche, vers 02h30, contre des policiers qui ont riposté, après un "guet-apens", selon des sources concordantes.

"C’est la première fois qu’on voit l’usage d’une arme de guerre dans un tel contexte", a déclaré à la presse Jean-François Herdhuin, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de Seine-Saint-Denis.

Il a annoncé "des renforts venant de Paris ainsi qu’une compagnie de CRS supplémentaire" à La Courneuve, pour constituer "des patrouilles renforcées très dissuasives, avec fusils à pompe et pistolets mitrailleurs" qui devront "agir avec discernement" pour ne pas aggraver la situation.

Dès dimanche, des policiers ont mené plusieurs opérations de fouille d’immeubles dans le quartier sensible dit des "4.000", où ils ont trouvé notamment 10 kilogrammes de cannabis et une vingtaine de téléphones portables.

La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, rencontrera lundi à Bobigny les policiers ayant essuyé les tirs pour leur exprimer son soutien.

Les faits sont survenus alors que quatre policiers, âgés de 29 à 35 ans, convoyaient des gardés à vue.

"Attendus par les occupants de deux véhicules", les policiers ont essuyé "le tir d’une rafale d’arme automatique" et ont "réussi à mettre en fuite (leurs) agresseurs" puis à "rattraper un de ces détenus qui tentaient de s’enfuir", selon le ministère de l’Intérieur.

Ce dernier avait été interpellé samedi dans la cité HLM des "4.000", selon des sources proches de l’enquête. Connu de la police et de la justice, il était suspecté d’avoir tiré contre des policiers au pistolet à grenaille lors d’une intervention de ceux-ci. Il avait été transporté à l’hôpital Jean Verdier de Bondy pour un examen médical comme il est d’usage lors de chaque garde à vue.

Après le guet-apens, cinq douilles de balles de calibre pouvant provenir d’une kalachnikov ont été retrouvées sur les lieux, selon une source policière.

Selon une source judiciaire, deux à trois impacts de balle ont été relevés sur le fourgon de la police, dont un au niveau de la portière avant passager. L’un des véhicules utilisés par les assaillants, une voiture volée munie de fausses plaques, a été retrouvé dimanche.

Le parquet a ouvert une enquête pour "tentative de meurtre en bande organisée" et "tentative d’évasion en bande organisée".

Les syndicats de policiers ont exprimé leur vive inquiétude après ces incidents. "Nos collègues sont inquiets des dérives et des violences qui montent d’un cran en Seine-Saint-Denis", a déclaré à l’AFP Thierry Mazé, responsable d’Alliance (2e syndicat de gardiens de la paix) pour qui cette attaque est "rarissime".

A la cité de "4.000", selon M. Mazé, des inscriptions prévenaient la police que la "violence" allait "monter" après de précédents incidents.

Une "catastrophe a été évitée mais jusqu’à quand ?", s’est interrogé l’Unsa-police (1er syndicat), regrettant l’absence de "réflexion pour +déminer+ les banlieues". Le SGP-FO (3e syndicat) a demandé un renforcement "des effectifs et des moyens de la police".

L’UMP a plaidé pour "des mesures très fortes pour condamner les voyous qui s’attaquent aux forces de l’ordre". Le député PS de Seine-Saint-Denis Daniel Goldberg a souhaité que "l’Etat prenne rapidement des engagements" pour assurer "le droit à la tranquillité" dans les quartiers populaires.

**********

Dispositif policier renforcé à la Courneuve suite aux tirs à l’arme de guerre

Le Monde, 17.05.09 | 15h59

Le directeur départemental de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis, Jean-François Herdhuin, a annoncé dimanche un "dispositif policier renforcé" à la Courneuve, en particulier dans le quartier des "4.000", suite aux tirs essuyés par un fourgon de police dans la nuit de samedi à dimanche.

"Des renforts venant de Paris ainsi qu’une compagnie de CRS supplémentaire sont prévus, nous allons mettre en place des patrouilles renforcées très dissuasives, avec fusils à pompe et pistolets mitrailleurs", a détaillé M. Herdhuin lors d’une conférence de presse

"Un gros dispositif de fouille est prévu, la police sera très offensive. Cependant, il y a une volonté forte de ne pas aggraver la situation et d’agir avec discernement", a-t-il ajouté. "Nous n’abandonnerons pas le terrain," a assuré le directeur départemental.

"Il faut tout de même souligner que depuis le début de l’année, la délinquance a baissé de 5% (dans) le département et c’est la première fois qu’on voit l’usage d’une arme de guerre dans un tel contexte", a précisé Jean-François Herdhuin

Revenant sur les événements de la nuit dernière, M. Herdhuin a déclaré que les fonctionnaires de police "n’étaient pas habitués à de telles situations mais sont entraînés pour les gérer le cas échéant".

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 02h30, un fourgon circulant avec un autre véhicule de police et transportant deux hommes placés en garde à vue un peu plus tôt dans la soirée, a été la cible de tirs émanant d’une arme à gros calibre après avoir été bloqué par deux véhicules avec à bord plusieurs individus.

Aucun des quatre policiers présents à ce moment-là, âgés de 29 à 35 ans, n’a été blessé, a dit M. Herdhuin.

Durant la fusillade, l’une des personnes détenues a tenté de s’évader, immédiatement prise en chasse par les agents de police chargés de sa surveillance qui ont pu le rattraper.

Par ailleurs, selon une source judiciaire, deux à trois impacts de balle, selon les sources, ont été relevés sur le fourgon, dont un au niveau de la portière avant passager.

L’un des véhicules utilisés par les assaillants a été retrouvé dans la matinée. Il s’agissait d’une voiture volée et munie de fausses plaques, a-t-on appris de même source.

Le parquet a ouvert une enquête pour "tentative de meurtre en bande organisée" et "tentative d’évasion en bande organisée". Les deux personnes arrêtées samedi soir en compagnie d’une troisième pour un tir de grenailles sur un véhicule de patrouille peu avant 21 heures, sont également concernées par cette nouvelle enquête.

Pour les deux premières personnes, la garde à vue est de 96 heures.

Suivant
Imprimer l'article