Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles - Différentes concessionaires cibles d’incendiaires
(Le 22 mai 2009)

BRUXELLES Depuis des semaines déjà, plusieurs concessionnaires automobiles de la capitale ont été victimes d’incendie criminel.

Le site Mercedes situé chaussée de Louvain a notamment été touché. D’autres ont également été la cible des incendiaires.

Cette fois, c’est le showroom de la marque italienne Fiat, situé boulevard des Invalides à Auderghem, qui fut visé. Dans la nuit de mardi à mercredi, à 2 h 45, trois véhicules ont été détruits par les flammes. Trois voitures exposées juste devant l’entrée du showroom.

Un incendie d’origine criminel, confirme la police qui a retrouvé sur place des traces d’accélérant.

Chez Fiat, on nous répond ne pas privilégier la piste de la vengeance de syndicalistes en colère. Souvenez-vous, la semaine dernière, des salariés du distributeur automobile italien avaient occupé de force leur lieu de travail à Meiser, protestant ainsi contre les mesures de licenciements annoncées par la direction. Ils avaient finalement été expulsés par la police.

Qui en voudrait donc à ce point aux concessionnaires automobiles ? La police mène l’enquête mais n’avait, après l’incendie survenu chez Fiat, pas encore retrouvé la trace des criminels.

Du côté de la commune d’Auderghem, on se dit très choqué. Le bourgmestre Didier Gosuin, prévenu par la police qu’une explosion avait eu lieu, en pleine nuit, devant le showroom Fiat, est toutefois soulagé qu’elle n’ait fait aucune victime : "Les auteurs des faits ont fait exploser ces trois voitures à l’aide d’un cocktail Molotov. Et ceci à proximité du centre sportif. Imaginez s’il y avait eu un incendie au garage, qu’il y ait eu plus d’essence. Tout cela est très dangereux" , commente-t-il, préférant parler d’attentat plutôt que d’accidents.

La direction de Fiat a, certes, fait part de tensions avec les syndicats, mais ceci est à prendre avec des pincettes, avance le bourgmestre. "Il y a des indices mais on ne peut pas l’affirmer. Je peux comprendre qu’il y ait révolte mais les faits sont très graves."

22.05.2009 La Dernière Heure

Suivant
Imprimer l'article

  concessionaire
BMP - 125.4 ko
217 x 197 pixels