Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Saint-Quentin (aisne) : Le poste de police incendié
(Le 26 mai 2009)

Saint-Quentin : Le poste de police incendié

L’Union (Reims), 25 mai 2009

A deux reprises, samedi au petit matin, les pompiers ont dû intervenir pour un départ de feu au poste de police rue d’Artois. Entre deux, ils ont éteint des véhicules incendiés.

Feux de voitures, feux de poubelles... Les autorités appellent ce type d’interventions « violences urbaines ». Samedi au petit matin, pompiers et policiers sont sortis dans ce cadre à trois reprises. Rue Lemaire, en plein cœur du quartier Neuville, une voiture a été incendiée sur le parking résidentiel vers 3 heures du matin. Malgré l’arrivée rapide des secours, le feu, qui a entièrement calciné un véhicule, s’est propagé à deux autres, stationnés à côté, une Polo Golf et une Renault 21. C’est surtout le quartier Artois-Champagne qui, samedi matin, faisait parler, puisque les violences urbaines ont visé le poste de police du quartier. L’intervention des policiers et des pompiers a été déclenchée vers 2 h 45 du matin pour un « feu de poubelles ».

Quelques minutes plus tôt, dans la rue d’Artois, des poubelles laissées dehors par les riverains ont été transportées jusque devant les locaux des forces de police où elles ont été incendiées. Des incendiaires qui, non contents, que les dégâts se limitent à une façade noircie, ont opéré à nouveau, vers 4 h 30 du matin, utilisant le même mode opératoire.

Un acte ciblé, symbolique

Samedi midi, quelques heures après les incendies criminels, aux abords de la cité David et Maigret, on ne parlait que des événements de la nuit. Bien sûr, les sirènes de la police et des

pompiers en ont réveillé plus d’un, mais elles n’ont inquiété personne au point de sortir voir ce qu’il se passait. « On a l’habitude qu’ils viennent dans le quartier, raconte cette mère de famille. Ce matin, j’ai voulu déposer mon sac d’ordures et je me suis aperçue que l’on avait volé ma poubelle. Je sais maintenant à quoi elle a servi. »

Mûr noirci, toiture légèrement endommagée, les dégâts occasionnés aux bureaux de la police nationale sont importants. Un acte ciblé, symbolique. Le commissaire de Saint-Quentin, David Boileau tempère : « Ce n’est évidemment pas un fait anodin. Les faits sont pris au sérieux. Mais ce n’est pas la première fois que des poubelles sont incendiées près de la façade du poste de police d’Artois. Cependant, il est vrai que les dégâts occasionnés n’ont jamais été aussi importants. L’intérieur des locaux n’a pas été touché par les départs de feu. L’activité du poste va se poursuivre normalement. Il ouvrira aux horaires habituels, lundi. Tous les moyens nécessaires sont mis en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs. »

Le commissaire a aussi tenu à préciser : « Il faut raison garder, éviter de stigmatiser le quartier Artois-Champagne. Il s’agit d’un fait isolé, issu d’une très petite minorité. La présence de la police n’est en aucun cas remise en cause dans ce quartier. »

Suivant
Imprimer l'article