Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Italie : Coup de filet contre des terroristes présumés d’extrême gauche
(Le 12 juin 2009)

Italie : Coup de filet contre des terroristes présumés d’extrême gauche

LEMONDE.FR avec AFP | 11.06.09 | 15h13 • Mis à jour le 11.06.09 | 15h33

La police antiterroriste italienne a annoncé, jeudi 11 mai, l’arrestation de six personnes accusées de faire partie d’un groupe d’extrême gauche susceptible de préparer des actions armées. Arrêtés à Rome et à Gênes, les individus auraient été en possession d’armes et d’éléments qui laisser penser qu’ils préparaient une action lors du futur sommet du G8, prévu initialement en Sardaigne en juillet.

Ces personnes "ont essayé de reconstruire une formation de type Brigades rouges, d’inspiration marxiste-léniniste, pour commettre des actions armées", a assuré Lamberto Giannini, chef de la police antiterroriste, affirmant qu’ils avaient des plans du système de vidéo-surveillance du sommet et "étudiaient un moyen de contourner les systèmes de sécurité". "Il ne s’agissait pas à proprement parler d’un projet d’attentat", a reconnu M. Giannini, mais les hommes arrêtés "faisaient le point sur comment ils auraient pu agir ou s’approcher des points stratégiques du sommet".

"MÉTHODES DE PRUDENCE ET DE SÉCURITÉ TRÈS IMPORTANTES"

Parmis les interpellés, on retrouve Luigi Fallico, 57 ans, un ancien membre des Brigades rouges, et Gianfranco Zoia, qui "avait déjà été arrêté dans les années 1990 pour bande armée", selon la police antiterroriste. L’enquête, qui a duré plus de deux ans, "a été très difficile car avec ses précédents de lutte armée, ce réseau utilisait des méthodes de prudence et de sécurité très importantes", a souligné Lamberto Giannini.

Le G8 devait se tenir du 8 au 10 juillet à La Maddalena, en Sardaigne. Mais à la suite du tremblement de terre de L’Aquila, le gouvernement italien a décidé de transférer symboliquement le sommet dans la capitale des Abruzzes. Depuis la disparition de la première génération des Brigades rouges, l’Italie a connu épisodiquement le retour du terrorisme d’extrême gauche. Au début des années 2000, une organisation baptisée "nouvelles" Brigades rouges-PCC avait revendiqué les assassinats de deux consultants gouvernementaux. En 2007, une quinzaine de personnes se réclamant des BR avaient été interpellées à Milan.

Suivant
Imprimer l'article