Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Italie : Le Parlement italien adopte une loi controversée sur l’immigration et la sécurité
(Le 2 juillet 2009)

Le Parlement italien adopte une loi controversée sur l’immigration et la sécurité

AP | 02.07.2009 | 20:24

Le Parlement italien a définitivement adopté jeudi une loi controversée durcissant l’arsenal contre l’immigration clandestine, et autorisant l’organisation de patrouilles de citoyens non-armés pour renforcer la sécurité dans les rues.

Le Sénat, la chambre haute du Parlement, a adopté le texte par 157 voix pour, et 124 contre. La Chambre des députés avait déjà donné son feu vert en mai au projet de loi, condamné par l’opposition de centre-gauche et les organisations de défense des droits de l’homme.

La nouvelle loi fait de l’entrée ou du séjour irrégulier en Italie un délit puni d’une amende de 5.000 à 10.000 euros. Toute personne ayant volontairement loué un logement à un immigré clandestin en connaissant sa situation sera passible de trois ans de prison.

Le séjour des clandestins dans les centres de rétention pourra par ailleurs être prolongé jusqu’à six mois, contre deux mois actuellement. La loi autorise également les maires à organiser des patrouilles de citoyens non-armés pour renforcer la sécurité dans les rues. Cette disposition a suscité de vives critiques de l’opposition, pour qui le gouvernement encourage l’auto-défense.

Le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni a défendu cette mesure, affirmant que la création de groupes de volontaires permettrait au contraire d’éviter que des patrouilles non-organisées ne s’emparent des rues. M. Maroni a précisé qu’il rencontrerait la semaine prochaine les responsables des municipalités concernées pour fixer le cadre et les limites de ces "rondes de citoyens".

Suivant
Imprimer l'article