Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Belgique - Les demineurs en action
(Le 23 juillet 2009)

Plus de peur que de mal, hier, à Rocourt sur le parking du Cora. Un garde du parking, en arrivant sur son lieu de travail, vers 9 heures, a eu son attention attirée par un tas de dix pneus. Ils étaient reliés les uns aux autres par une cordelette orange, jonchant le sol à l’entrée du parking, juste en face du restaurant “ Le Colmar ”, chaussée de Tongres.

En s’approchant, le vigile découvrit un bidon rouge, duquel on avait répandu l’essence. Devant les pneus, trônait, déroulée sur 5 mètres, une banderole sur laquelle était écrit : “ Feu aux prisons ”.

“ Nous avons eu, il y a environ un an, une campagne sur le même thème, mais il s’agissait de simples affiches et nous n’en avons jamais trouvé l’origine. Est-ce la même mouvance ? ” se demande Mme Véronique Mélot, descendue sur les lieux en tant que procureur du roi faisant fonction.

inconscient

“ Sur le tas de pneus, il y avait aussi un objet ressemblant à un boîtier, dont des fils dépassaient. Pensant bien faire, très courageusement mais inconscient des dangers, le garde a déplacé cet objet dans un endroit beaucoup plus reculé du parking. Puis il a appelé la police. ”

Dans un premier temps, on redoutait la présence d’un détonateur et d’explosifs. Les démineurs d’Heverlee ont été appelés sur place tandis que la police procédait à l’évacuation d’un large périmètre. Immédiatement aussi, le gaz fut coupé dans tout le quartier.

“ Les démineurs ont fait sauter le boîtier. Finalement, il s’agissait d’un “ flare sar ”, explique le procureur du roi. C’est une fusée utilisée pour les navires en détresse, mais il n’y avait aucun risque d’explosion. Par contre, on pouvait redouter un incendie. Elle était lestée par deux blocs de béton dans les pneus. Nous avons aussi cherché s’il n’y avait pas un câble relié à l’anneau de la fusée qui aurait permis de la faire s’enflammer à distance. Mais jusqu’à présent, nous n’avons rien trouvé. Heureusement, cela n’a pas brûlé car il y a une habitation vraiment tout près ”.

Le Quick et gemo fermés

Sur place, finalement, entre les pompiers, les démineurs, les enquêteurs, la police, le labo PJ et le parquet, il y avait une cinquantaine de personnes mobilisées jusqu’à midi, au moins.

Par mesure de sécurité, les magasins proches de l’endroit ont été fermés. C’était le cas de Quick et de Gemo. On ignore tout des auteurs de cette initiative.

On a fermé le Quick et le magasin Gemo

23.07.2009

http://archives.sudpresse.be/rocourt-danger-d%26%238217-explosion-les-demineurs_t-20090724-H1YJ6G.html ?queryand=rocourt&when=-2&begYear=1900&begMonth=01&begDay=01&endYear=2009&endMonth=07&endDay=26&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&pos=7&all=9915&nav=1

Suivant
Imprimer l'article