Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Grenoble : beaujolais et cinq flics blessés
(Le 18 novembre 2005)

Beaujolpif, pam, poum !

A Grenoble, pour la troisième année consécutive, l’arrivée du beaujolais nouveau a donné lieu à des affrontements, sans gravité, entre étudiants et policiers.

Les étudiants grenoblois ont-ils le vin mauvais ou bien le beaujolais nouveau est-il un tord boyaux ? Les deux mon capitaine. Jeudi soir, dans les rues joliment moyenâgeuses du vieux Grenoble, les étudiants, nombreux dans cette ville universitaire, avaient commencé par fêter « dans la joie et la bonne humeur » l’arrivée du beaujolais nouveau. Mais les effets de ce dernier sur l’organisme sont imprévisibles.

Il était minuit passé de 25 minutes quand les pompiers ont été appelés suite à une bagarre dans la vieille ville. Un homme était blessé. Ils s’occupaient de lui, semble-t-il, quand des jeunes gens avinés s’en seraient pris à leur véhicule d’intervention, indique le commissaire Jean-Claude Garin. Arrivés sur place les policiers ont, derechef, été agressés par les étudiants avinés. Et tout s’est précipité. Les étudiants qui goûtaient au vin nouveau dans les bars nombreux de la vieille ville sont sortis. Un millier peut-être. Face à face, jets de pierre, lacrymos. Une vingtaine de personnes ont été interpellées. Installés dans un bar irlandais , les pompiers n’ont eu à soigner que des bobos superficiels. Trois policiers et deux CRS ont été légèrement blessés.

A 4 heures du matin, le calme est revenu. Les service de nettoyage municipal ont mis de l’ordre dans les rues jonchées de poubelles renversées. On ne compte aucun voiture brûlée, pas même une poubelle. Au lever du jour, la vieille ville, toute propre, se réveillait comme si de rien n’avait été. C’est la troisième année que l’arrivée du beaujolais nouveau met les rues de Grenoble en émoi. Le début d’une chaude tradition ?

Sources : LIBERATION.FR : vendredi 18 novembre 2005 - 11:31

Suivant
Imprimer l'article